Accueil Société An IV de l’insurrection populaire: les autorités burkinabè rendent hommage aux martyrs

An IV de l’insurrection populaire: les autorités burkinabè rendent hommage aux martyrs

Le président du Faso, Roch Kaboré, déposant la gerbe de fleurs devant le monument des martyrs en hommage aux morts de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014

Les autorités burkinabè ont, comme à l’accoutumée, depuis les évènements de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui ont fait une trentaine de morts et plus de 600 blessés, rendu hommage, ce mercredi 31 octobre 2018, aux martyrs, à Ouagadougou. Cette cérémonie qui s’est voulue sobre, s’est matérialisée par un cérémonial militaire dont le dépôt de gerbe de fleurs que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a fait pour saluer la mémoire de ceux qui sont tombés pour la démocratie au Burkina Faso.

C’est environ 400 personnes dont des membres du gouvernement, des présidents d’institutions, des représentants diplomatiques, des parents de victimes, qui ont pris part à cette cérémonie empreinte d’émotion, de compassion et de recueillement, le tout accompagné par des honneurs militaires, à la Place des martyrs à Ouaga 2000, à environ un kilomètre du palais présidentiel Kosyam situé au Sud de Ouagadougou.

Une vue des autorités burkinabè présente à la cérémonie d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire

Après le retentissement de la sirène qui a permis à l’assistance de d’observer une minute de silence pour les vies fauchées les 30 et 31 octobre, suivi de la sonnerie de la mort et de l’exécution de l’hymne national pour réveiller la fibre patriotique qui sommeille en chaque Burkinabè, le président du Faso, assisté de ses collaborateurs, a, par des pas lents bien mesurés, déposé la gerbe de fleurs devant la gravure où est mentionné le nom de 28 personnes qui sont mortes pour « la patrie ».

Pour le chef de l’Etat, la date du 31 octobre est un jour de reconnaissance vis-à-vis de ces « héros et un jour d’introspection » parce qu’« on ne peut pas mener la réflexion si on n’honore pas ceux qui sont tombés pour plus de démocratie dans notre pays ».

Des membres du gouvernement et présidents d’institution présente à la cérémonie d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire

Le président du Faso a salué la prise de conscience du peuple burkinabè lors de ces évènements qui, à n’en pas douter, a contribué fortement à l’encrage de la démocratie. Il a noté qu’il est du devoir de l’Etat de reconnaître « le mérite » des héros nationaux.

En tout et pour tout, la cérémonie qui n’aura duré qu’environ 25 minutes, en présence de certaines victimes qui ont demandé au gouvernement plus d’attention à leur égard puisque des blessés traîneraient toujours des séquelles et des balles dans leur corps.

Aussi, des parents de victimes de la manifestation anti-Compaoré ont demandé aux autorités de travailler à mettre la pression sur la justice pour qu’elle accélère le jugement du dossier de l’insurrection qui doit participer à la recherche de la réconciliation nationale.

Une vue des parents de victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014

Cette cérémonie, selon ses organisateurs a été organisée pour que l’ensemble de la population se souvienne de toutes les dates historiques notamment les 30 et 31 octobre 2014, qui ont participé à l’encrage de la démocratie au Burkina.

Fin octobre 2014, des manifestations violentes ont mis fin au régime jugé «dictatorial» du président Blaise Compaoré, accusé de vouloir modifier l’article 37 de la Constitution du pays, pour s’éterniser au pouvoir.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire