Accueil Culture Arts du spectacle: des écoliers à l’école de leur culture

Arts du spectacle: des écoliers à l’école de leur culture

827
0
Les écoliers jouant dans une représentation théâtrale

Les responsables du Théâtre soleil ont organisé le dimanche 26 mai 2019, au siège de l’institution à Ouagadougou, une cérémonie de clôture des activités artistiques et culturelles du projet «Graines d’espoir» visant à intéresser l’art et la culture aux écoliers. Menée au cours de l’année scolaire 2018-2019, cette quatrième édition a connu la participation de plus de 400 élèves mais c’est au final 110 enfants qui ont suivi toute la formation pendant huit mois, a précisé Thierry Ouéda, directeur artistique du centre culturel.

Mis en place depuis 2015 par le centre Théâtre soleil, «Graine d’espoir» est un cadre qui permet aux élèves de s’épanouir en développant des compétences sur le plan artistique et culturel. A cette clôture, autorités politiques, acteurs culturels et le public ont eu droit à des démonstrations des savoir-faire des élèves en danse, peinture, dessin, théâtre et en jeu d’instruments musicaux tels le balafon et le djembé. Les thèmes dont la corruption, les grèves tous azimuts et l’insécurité ont été abordés par les jeunes comédiens qui dans la catégorie théâtre ont émerveillés les spectateurs qui ont réagi positivement à leur talent. Les spectateurs ont été aussi éblouis par la qualité des petits danseurs, instrumentistes, musiciens et dessinateurs.

«L’objectif de Graines d’espoir c’est d’avoir des hommes cultivés qui comprennent ce que c’est que l’art, des hommes qui décideront pour l’art demain parce qu’ils connaissent bien son utilité pour la société. Nous ne voulons pas former des artistes forcement mais des gens cultivés», a indiqué M. Ouéda qui a rassuré qu’il y a des formations continues les soirs pour ceux les enfants qui, s’ils deviennent adultes, veulent poursuivre en théâtre, notamment.

Thierry Ouéda, directeur artistique de Théâtre soleil

Ce sont plus de 400 élèves du primaire et de la maternelle qui se sont inscrits au départ cette année pour prendre part aux différents ateliers artistiques mais avec les contraintes, pas mal d’enfants ont abandonné en cours de route, a-t-déploré le directeur artistique de la compagnie Théâtre Soleil. Il a souligné que la formation s’est déroulée sur huit mois (octobre à mai) et permis aux enfants de cerner des thématiques dont la mal-gouvernance qu’ils ont dénoncé à travers leur représentation, et, de rendre aussi hommage aux Forces de défense et de sécurité (FDS) qui se battent pour la quiétude des populations.

Les difficultés auxquelles fait face le centre artistique sont multiples parce que «nous avons besoin de l’accompagnement des autorités, ne serait-ce que sur le plan de l’encouragement. Nous connaissons les difficultés que notre pays traverse, nous ne demandons pas l’impossible. Nous voulons travailler pour notre pays et nous ne voulons pas qu’on nous aide au-delà de ce que les gens peuvent, mais qu’ils nous soutiennent surtout moralement», a demandé Thierry Ouéda.

Ildevert Méda, parrain de la cérémonie

Le parrain de cette cérémonie, Ildevert Méda dit avoir trouvé tous les enfants «formidables» lors des différents ateliers de formation quand on sait que la création demande beaucoup de patience. «Ce qu’il faut comprendre quand on espère faire de la pratique artistique, un élément de développement holistique de l’enfant, ce n’est pas pour en faire forcément un artiste mais c’est leur donner la chance de s’essayer à des choses pour leur propre plaisir, leur propre épanouissement», a expliqué l’acteur culturel aux multiples dimensions artistiques, Ildevert Méda.

Pour le parrain, le temps mis pour cette formation «raffermit la patience, l’amour de l’autre, l’esprit de partage, la cohésion sociale et le vivre ensemble des enfants».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire