Accueil Politique Burkina: AJIR ouvre des appels à candidatures pour les législatives et municipales

Burkina: AJIR ouvre des appels à candidatures pour les législatives et municipales

L’Alliance des Jeunes pour l’Indépendance et la République (AJIR) a tenu ce samedi 13 juin 2020, à Ouagadougou, une session de son Bureau politique national (BPN) pour se pencher sur les prochains scrutins électoraux de 2020 et 2021. Les congressistes du parti de la mouvance ont pris cinq résolutions dont des « appels à candidatures » pour les législatives et les municipales.

Une centaine de responsables de AJIR, venus de l’intérieur du pays, se sont réunis ce jour 13 juin 2020 au siège du parti, sis à Dassasgho (Centre-est), pour avoir une conduite à tenir face aux élections présidentielle, législative et municipale en vue en 2020 et 2021. Cinq résolutions ont été prises lors de cette session du BPN.

Le parti AJIR s’est engagé à participer massivement aux élections législatives de 2020 et municipales prévues pour 2021. Ses listes seront conduites par son président Adama Kanazoé. En outre, AJIR s’est engagé à promouvoir la candidature des jeunes et des femmes aux élections législatives et municipales.

Cette idée du parti vise, « dans un esprit d’ouverture, a lancé des appels à candidatures dans les semaines qui viennent, pour permettre aux jeunes et aux femmes qui sont soucieux de l’avenir du Burkina Faso, désireux d’apporter leur contribution dans la gestion des affaires (publiques), de pouvoir faire acte de candidature et rejoindre de façon massive les listes du parti et être ceux-là qui vont constituer le personnel politique burkinabè pour les années à venir », a commenté M. Kanazoé.

Aussi, le parti de la mouvance s’est engagé à entériner le choix du candidat unique de la majorité à l’élection présidentielle. « Adama Kanazoé n’est pas candidat à la présidentielle de 2020. Il soutiendra avec son parti le choix de la majorité », a dit de façon claire, le Conseiller à la présidence du Faso.

L’objectif pour AJIR à court terme est clair, rafler massivement les législatives. « Il est important pour la jeunesse burkinabè de prendre d’assaut le Parlement, pas pour le brûler mais pour siéger » à l’hémicycle, a dit M. Kanazoé qui souhaite que le « Parlement change de visage » pour prendre en compte plus précisément les aspirations des jeunes et des femmes.

Au regard des suspicions de fraudes soulevées çà et là, AJIR a invité l’ensemble des partis politiques de la majorité comme l’opposition, « à la transparence, à faire preuve d’un esprit républicain en respectant le code électoral pour que le processus ne soit pas émaillé de fraude ».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire