Accueil A la une Burkina/culture : tout savoir sur l’artiste Tiness la Déesse

Burkina/culture : tout savoir sur l’artiste Tiness la Déesse

Tiness la Déesse

Tiness La Déesse, à l’état civil Justine Zigani, est originaire du Centre-Est du Burkina, plus précisément de Garango dans la province du Boulgou. Née à Abidjan où elle passa sa petite enfance, elle débarque à Ouaga au cours de son adolescence, et fait son entrée dans le monde de la culture par la porte de la danse qu’elle pratique pendant plusieurs années en accompagnant des artistes musiciens burkinabè et africains. 10 ans après, elle est à son cinquième album baptisé « Consécration ». Elle se dévoile un peu plus dans cette interview accordée à Wakat Séra.

Wakat Séra : Comment se porte Tiness la Déesse ?

Tiness la Déesse : Tiness se porte très bien grâce à Dieu

Dis-nous comment tu organises tes journées, du réveil au coucher ?

Comme toute femme au foyer, je me lève le matin pour préparer le départ de mes « boudchou » pour l’école, j’ai cinq enfants, trois garçons (des triplets) et deux filles (des jumelles). Après, j’organise ma journée qui consiste à faire la cuisine et l’après-midi est consacrée au studio pour les répétitions en live.

Il t’arrive d’aller en boite ?

Avant oui, mais maintenant c’est un peu compliqué avec les tâches et les enfants.

Comment tu réagis quand tu écoutes ta musique dans un lieu public ?

Ça me fait plaisir quand je vois les gens apprécier. Je suis contente quand je vois les gens bouger au son de ma musique.

Qui sont tes amis parmi les artistes burkinabè ?

Je me sens bien avec tout le monde, ce sont mes collègues.

Comment se porte ta carrière ?

Ça se passe bien grâce à Dieu . Je ne peux que dire merci à Dieu et merci à mes fans …

Quelle est ton actualité ?

Le samedi 27 février 2021, il y aura le lancement de mon cinquième album baptisé « Consécration ». C’est un album de huit titres avec plusieurs collaborations avec  des artistes dont Imilo Le Chanceux, Floby, Bebi Phillip… Dans « Consécration », on retrouve des titres comme « Dans la joie » qui célèbre la vie. « Laisser parler », « On est lancé » qui est un featuring avec Floby. « Tayama » est une invitation à la danse, à la célébration de la vie et à saisir le bonheur au bond. Ce titre est une collaboration avec Imilo le Chanceux. « Pagla Yiri » magnifie le foyer avec la femme comme pierre angulaire. Tog Ni Nagn, Ayir Balo et Amore sont  d’autres titres de l’album.

Ce samedi ça sera un double-évènement, parce que je fête en même temps mes 10 ans de carrière… A l’occasion je donne un concert en live.

De façon générale, quelle appréciation tu fais de la musique burkinabè ?

La musique burkinabè évolue. Je demande aux Burkinabè de soutenir et d’encourager les artistes de leur pays.

Merci beaucoup à vous pour l’intérêt.

Propos recueillis par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire