Accueil A la une Burkina: des organisations « exigent » le départ des troupes étrangères

Burkina: des organisations « exigent » le départ des troupes étrangères

6202
6
Une vue des reponsables des structures organisatrices du meeting, avec Chrysogone Zougmoré (3e à droite)

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) et le Collectif des Organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) ont, à l’occasion du meeting de commémoration des 21 ans de l’assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons organisé, ce 13 décembre 2019 à Ouagadougou, demandé le « départ des troupes étrangères du Burkina Faso.

Sous le thème « Poursuivons avec détermination la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses compagnons et contre la remise en cause des droits et des espaces de libertés », la journée de commémoration du crime de Sapouy, a été une occasion pour les structures organisatrices de rappeler le contexte dans lequel se tient ce triste anniversaire. Pour Chrysogone Zougmoré, il faut une « prise en charge adéquate et la création des conditions de sécurité » en faveur des populations qui ont dû qui partir de chez elles du fait de la situation sécuritaire.

Du reste, M. Zougmoré a indexé le régime du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) d’être en train d’organiser l’occupation militaire du Burkina Faso par des puissances impérialistes comme la France ». Et sans mâcher ses mots, le président du Collectif  a exigé « le départ pur et simple des troupes militaires françaises du Burkina, ainsi que toutes les bases militaires étrangères ». Pour lui, ce que la France doit faire, c’est d’extrader « François Compaoré » afin qu’il « réponde de ses crimes devant la justice ».

Par Boureima DEMBELE

6 Commentaires

  1. Ces gens, en exigeant par dogmatisme anti-imperialiste (des années 70) le départ des troupes étrangères du Sahel, n’oublient pas sans nul doute celles de la Minusma. Pensent-ils aux victimes du terrorisme, pensent-ils à cette crise humanitaire qui est entrain de fracturer notre pays? Ils donnent plutôt à croire qu’ils ont un agenda politique inavoué. Ils se font pour l’heure les alliés objectifs des groupes armés qui n’attendent que le vide laissé par les forces étrangères pour jeter la base territoriale de l’État Islamique du Sahel. Heureusement que le peuple burkinabé ne se laissera pas abuser par cette pseudo posture anti-imperialiste tenue par des gens qui ont le coeur à gauche et le portefeuille à droite. Cicéron

    • Es-tu sûr d’être un Burkinabé ? Ton commentaire pue une personne qui se vautre derrière un pseudonyme pour se faire passer pour un Burkinabé. Qu’est-ce que la présence des troupes étrangères, surtout occidentales, a apporté à la sécurité des Burkinabé depuis leur arrivée ? Bien au contraire, l’insécurité est allée crescendo et les Burkinabé en souffrent amèrement. Demander donc le départ de ces forces étrangères stationnées dans le pays n’a rien d’une trahison contre le pays.

  2. Si les forces étrangères quittent le pays tu es prêt à accorder au moins 10 pour cent de ton salaire à l état burkinabé dans sa lutte contre les djihadistes ?

  3. La France n’a rien y faire que de fournir des armes et laisser les nationaux aller au front. Partout où elle passe c’est la désolation dès qu’on lui demande des compte.

  4. Sans un étranger un pays n’ai rien c’est un étranger qui construit un pays à bon attendeur salut que le Dieu tout puissant veille sur notre nation le Burkina Faso amen .

Laisser un commentaire