Accueil Sport Burkina/ Football : Bertrand Traoré soutient des handicapés de Bobo-Dioulasso

Burkina/ Football : Bertrand Traoré soutient des handicapés de Bobo-Dioulasso

La mère de Bertrand Traoré pendant la cérémonie du don

«Qui donne aux pauvres, prêtes à Dieu (…), disait Franc-Nohain.  L’international burkinabè évoluant à Aston Villa en Angleterre, a bien compris cette formule en faisant parler son cœur, le 24 juillet 2021, en faveur des handicapés de Bobo-Dioulasso et aussi au Centre de santé du secteur 21, Colsoma, le quartier qui l’a vu grandir.

Il s’est dit « très heureux » d’avoir offert « du matériel médical et des fauteuils roulants ».

Le don reçu par l’Association des handicapés de Bobo-Dioulasso et le centre de santé de Colsama, a été, selon le généreux bienfaiteur, fait à travers sa fondation et en collaboration avec l’association Orthopédie Sans Frontière (OSF) Nantes – France.

Il a, à l’occasion, remercié les autorités sanitaires de la ville de Bobo-Dioulasso, avec une mention spéciale aux responsables du CSPS de Colsama « pour leur disponibilité et leur accueil ». Le cadre technique des Etalon du Burkina Faso, n’a pas oublié de faire un clin d’œil à ses  collaborateurs de la fondation « pour leur diligence ».

En rappel, Bertrand Traoré n’est pas à son premier don. Entre autres, en novembre 2019, il avait fait un don de vivres et de non vivres d’une valeur de sept millions de francs CFA accompagné d’une enveloppe financière de 3 millions, pour la prise en charge des personnes déplacées internes.

Avant cela, en juin de la même année, il avait, à Ouagadougou, fait bénéficier a générosité à des enfants du Centre d’éducation et de formation professionnelle de Ouagadougou qu’il a décidé d’aider en leur offrant deux jeux de maillots, 20 paires de chaussures de football, une enveloppe de 200.000 F et un abonnement au bouquet Canal+ pour une période d’un an. On n’oublie pas les sacs de riz, spaghetti, l’huile, lait, savon, seaux, et le matériel hygiénique dont il avait fait don à l’Hôtel maternel de Ouagadougou en mars 2021.

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire