Accueil A la une Burkina: la Fondation Orange pour une éducation « accessible et de qualité »

Burkina: la Fondation Orange pour une éducation « accessible et de qualité »

Le directeur général de Orange Burkina, Administrateur de la Fondation Orange Burkina remettant symbolique du matériel dont une tablette au ministre Stanislas Ouaro

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Pr Stanislas Ouaro et le directeur général de Orange Burkina, Administrateur de la Fondation Orange au Burkina Faso, Mamadou Coulibaly, ont procédé ce vendredi 23 avril 2021 au lancement du « Programme Ecoles numériques » pour une éducation « accessible et de qualité ». La cérémonie de ce lancement qui annonce l’équipement de 55 établissements scolaires cette année en kits numériques notamment des tablettes, ordinateurs, écrans de télévision et un système de connectivité, a eu lieu à l’école primaire publique Balkuy « C » située à la périphérie Sud-est de Ouagadougou.

Photo de famille avec les élèves de Balkouy C

L’école Balkuy « C » était parée aux couleurs de la société de téléphonie mobile Orange dans la matinée de ce 23 avril 2021. Et pour cause, elle accueillait le lancement du « Programme Ecoles numériques » qui viendra renforcer non seulement les capacités d’apprentissages des apprenants mais aussi celle des enseignants, selon les explications des initiateurs du projet.

Plus d’une cinquantaine d’écoles du Burkina bénéficieront de contenus numériques 

Le ministre Stanislas Ouaro, parrain de la cérémonie, s’est dit « fier » de ce lancement du « Programme Ecoles numériques » avec la Fondation Orange au Burkina Faso qui permettra d’accompagner les efforts du gouvernement. Ce projet permettra à « 55 écoles de notre pays de bénéficier de contenus numériques », a-t-il dit en rassurant que ce programme « ne tuera pas le livre ».

Ibrahim Héma, secrétaire exécutif de la Fondation Orange Burkina

Pour le ministre Stanislas Ouaro, l’éducation ne doit plus être liée aux infrastructures mais tournée vers des questions d’équité et de qualité qui passent par l’accès aux ressources, la formation de qualité à travers le renforcement de capacités des ressources humaines. « Il faut que nous acceptions d’évoluer. Nous avons un grand retard par rapport à certaines nations de ce monde. Et les technologies de l’information et de la communication nous offrent l’occasion de rattraper une partie de ce retard et très vite », a-t-il renchéri.

« La Fondation Orange au Burkina Faso accompagne le ministère en charge de l’Education et les efforts du gouvernement en matière de développement d’un système éducatif accessible, équitable et de qualité dans notre pays. Et ça c’est à saluer d’abord par la construction de lycées scientifiques régionaux. On a celui de Tenkodogo que nous avons inauguré en marge des festivités de la fête nationale du 11-Décembre. Et puis on celui de Dar-Salami à Bobo-Dioulasso qui est aussi l’œuvre de la Fondation Orange au Burkina Faso qui est fonctionnel depuis deux ans », a-t-il salué avant d’ajouter que ces deux lycées scientifiques ont coûté « un peu plus d’un milliard de francs CFA à la Fondation Orange au Burkina Faso » qui a décidé d’accompagner le gouvernement burkinabè dans le développement du numérique.

Le directeur de l’école primaire publique Balkouy C

La vision du gouvernement, « c’est de favoriser les apprentissages à domicile car combien d’enfants ont la possibilité d’avoir un répétiteur à domicile. C’est pour cela qu’il est bon pour nous de développer ce pan de notre système éducatif », a insisté le ministre de l’Education nationale qui a poursuivi qu’aujourd’hui, le Burkina totalise « plus de 2 000 établissements fermés » du fait de la crise sécuritaire qui occasionne « l’arrêt d’activité scolaires pour plus de 300 000 élèves ». « L’année dernière à la période actuelle, tous les établissements scolaires de notre pays étaient fermés à cause de la maladie à coronavirus », a-t-il rappelé pour dire que ce projet est d’actualité vu les réalités auxquelles fait face le pays.

M.Ouaro a relevé aussi que ce programme va favoriser le renforcement des capacités des enseignants par les formations parce qu’on ne peut plus dans cette situation du pays rassembler les 85 000 enseignants de son département pour des formations. Pour lui, l’ambition de son ministère est de faire en sorte que « tous les contenus éducatifs de notre pays soient numérisés à termes ».

La Fondation d’Orange met un point d’honneur sur ce projet des écoles numériques

L’Administrateur Général de la Fondation Orange au Burkina Faso, Mamadou Coulibaly, a expliqué que les Ecoles numériques visent à donner à tous les élèves, la même chance. « Quel que soit là où on est, pourvu qu’on ait la connectivité, on peut avoir accès à des contenus qu’un enfant en Chine ou à Paris peut toucher. La Fondation Orange met un point d’honneur sur ce projet-là. Au jour d’aujourd’hui nous avons pu équiper 28 écoles avec nos solutions de kits numériques », a déclaré M. Coulibaly, Administrateur de la Fondation Orange Burkina.

Jeanne Atouga Wallace, chargée d’éducation, médiateur pédagogique à la Fondation Orange, faisant la démonstration du projet

Pour un tel projet qui prend en compte l’avenir et le devenir des enfants, La Fondation Orange ne parle pas d’investissements. « On parle de l’égalité des chances pour l’accès à une éducation de qualité. On parle d’avoir des leaders de demain dans notre pays et cela va passer aussi par le numérique », a dit Mamadou Coulibaly qui, à titre indicatif, a laissé entendre que ce programme « a coûté à ce jour 125 millions FCFA ». Il a en plus rassuré monsieur le ministre, parrain de la cérémonie que sa société est « prête à aller encore plus loin » pour une telle initiative.

Aux enfants et à leurs enseignants à qui est destiné ce programme, il leur a demandé de « profiter abondamment » des kits numériques de ce programme pour renforcer leurs connaissances mais aussi de bien prendre soin du matériel afin qu’ils profitent à plusieurs générations.

Une vue des autorités présentes à la cérémonie

La Fondation Orange au Burkina Faso s’investit dans tout ce qui est en rapport avec l’éducation, notamment par le numérique, selon son premier responsable au Burkina qui ajoute qu’en tant qu’« opérateur citoyen, on est fier d’accompagner la politique du gouvernement. Aussi, on forme des employés de demain, on forme la qualité pour nos industries. Et ça déjà c’est motivant ». Il a révélé qu’Orange a commencé ce programme numérique depuis 2014 de 100 à 1 000 écoles. « Donc au total nous avons 500 000 jeunes élèves qui utilisent cette solution à travers l’Afrique, impulsée par Orange dans ses seize filiales. On a commencé ce projet dans cinq pays que sont Madagascar, le Sénégal, le Niger, le Cameroun et la Tunisie », a précisé Mamadou Coulibaly, Administrateur général de la Fondation Orange au Burkina.

Fait notable, le ministre Ouaro comme le l’Administrateur Général Mamadou Coulibaly, comme par coïncidence, ont confié qu’ils ont commencé à manipuler l’ordinateur au cours de leur deuxième année de formation à l’université.

Le choix des écoles se fait par appel à candidatures

Le secrétaire exécutif de la Fondation Orange Burkina, Ibrahim Héma, a expliqué que les choix des écoles se feront par appel à candidatures. « Régulièrement nous feront ces appels à candidatures en demandant aux différentes directions régionales de l’enseignement de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation de nous faire des propositions de sites, mais aussi, nous faisons participer l’ensemble des salariés de Orange » pour le choix des écoles qui recevront le matériel numérique de ce programme pour le développement de l’éducation.

Le dispositif numérique de Orange permettra de « révolutionner le système d’enseignement », selon M. Héma qui a signifié que chaque école éligible est dotée de 50 tablettes munies de contenus locaux et aussi périscolaires. « Ces écoles numériques partout où elles sont installées, par l’expérience, réduisent le taux d’absentéisme en classe parce qu’elles constituent un moment privilégié pour les élèves de se retrouver à l’école pour découvrir toute la magie de l’écran et toute la dynamique des couleurs pour pouvoir apprendre ».

Une vue de pancarte du lancement du projet des Ecoles numériques de la Fondation Orange Burkina

« Donc ces écoles numériques ont permis partout où nous sommes passés de remarquer que le niveau de passage en classe supérieure a connu un léger bon », a soutenu Ibrahim Héma.

Au cours de la cérémonie, une démonstration de l’équipement a été faite par la spécialiste du projet, Jeanne Atouga Wallace, chargée d’éducation, médiateur pédagogique à la Fondation Orange.

A noter que la Fondation Orange Burkina opère autour de trois axes que sont l’éducation, la santé et la culture.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire