Accueil A la une Burkina: Les examens scolaires session 2019 prévus du 6 au 20 juin

Burkina: Les examens scolaires session 2019 prévus du 6 au 20 juin

Ministre burkinabè en charge de l'Education, Stanislas Ouaro

Les examens scolaires session 2019 au Burkina sont prévus pour se tenir du 6 au 20 juin, a informé face à la presse à Ouagadougou, ce jeudi 23 mai 2019, le ministre burkinabè de l’Education nationale et de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Stanislas Ouaro.

Le ministre Ouaro qui s’exprimait ce jeudi, au lendemain de la levée du mot d’ordre grève de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation, a confié que le Brevet d’études du premier cycle (BEPC), les Brevet d’études professionnelles (BEP) et Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) débuteront le 6 juin et le CEP quant à lui est prévu pour le 11 juin 2019.

Au total 735 384 candidats sont inscrits pour les examens scolaires session 2019, soit 419 260 au CEP, 304 096 au BEPC et 12 028 au BEP et CAP, selon les données livrées par le ministre en charge de l’Education.

Au CEP on note 223 529 filles inscrites contre 195 731 garçons. Au niveau de cet examen, on constate une hausse du nombre d’inscrits par rapport à l’année dernière. Le taux d’accroissement a été estimé à 7,6%. «C’est seulement dans la région de l’Est qu’il y a moins d’inscrits», du fait de la situation sécuritaire, a affirmé M. Ouaro. Pour le CEP, les candidats sont répartis dans 1 907 centres et 8 781 salles.

Baisse du nombre d’inscrit au BEPC

Si le nombre d’inscrits au CEP, BEP et CAP (6,38% de hausse) a augmenté cette année cela n’est pas le cas au niveau du BEPC qui a régressé de 3,27% par rapport à l’année précédente. Pour le ministre, deux raisons pourraient expliquer cette baisse. Il pointe du doigt en premier lieu la situation (sécuritaire) qui prévaut dans les régions de l’Est, du Sahel et du Nord où des établissements ont été obligés de fermer les portes. «On observe une baisse de 1 254 candidats au Sahel, 1 154 au Nord et 1 122 à l’Est», a déclaré le premier responsable du département de l’Education.

La seconde raison, selon M. Ouaro, serait que «la session 2018 a enregistré 131 212 admis soit 42,94% de ceux qui se sont présentés», expliquant qu’il y a donc beaucoup moins de redoublants qui se présentent cette année et cela est constaté dans les régions du Centre et des Hauts Bassins où le nombre d’inscrits a respectivement baissé de 2 769 et 1 485.

Les candidats au BEPC sont repartis dans 1 427 centres de composition soit 728 jurys et 699 centres secondaires.

«Les services de mon département sont à pied d’œuvre et l’acheminement des épreuves vers les centres d’examens commencera le 27 mai prochain», a fait savoir le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Stanislas Ouaro, annonçant une session spéciale à l’endroit des élèves en classe d’examens dont l’année scolaire a été fortement perturbée, au regard de la situation sécuritaire.

Pour l’organisation des examens session 2019, il est prévu un budget de 14 536 685 184 F CFA contre 14 475 738 055 FCFA en 2018.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire