Accueil A la une Burkina: les maires désormais élus au suffrage universel direct

Burkina: les maires désormais élus au suffrage universel direct

Une vue des acteurs politiques ayant pris part au dialogue politique

Les partis de la majorité présidentielle et de l’opposition politique ont convenu le 28 septembre 2021, au sortir du dialogue politique, de l’élection des maires au suffrage universel direct. En revanche, les deux parties restent divisées quant à l’entrée en vigueur de cette décision, la majorité présidentielle plaidant pour une application de la décision dès les prochaines élections, alors que l’opposition évoqué celles de 2027.

Le dialogue politique, initié par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré entre partis de la mouvance présidentielle et ceux de l’opposition, a refermé ses portes le mardi 28 septembre 2021. Des sujets comme la situation sécuritaire, la réconciliation nationale et la révision à minima du code électoral ont été débattus au cours des échanges entre les partis politiques.

Au titre des réformes électorales, les deux parties ont décidé ensemble de revoir le mode d’élection des maires,  qui se fera désormais au suffrage universel direct.

Elles ont jugé cela nécessaire, au regard des violences qui ont souvent découlé des élections municipales, du fait du mode de vote. En effet, l’ancien système autorisait les conseillers municipaux à élire les maires, ce qui a parfois conduit à de violentes manifestations  dans certaines communes du pays.

Si les deux parties se sont accordées sur le mode du scrutin des municipales, elles sont en revanche divisées sur la date d’entrée en vigueur de ce commun accord.

En effet, les partis de la majorité présidentielle souhaitent que la décision soit appliquée dès les prochaines élections municipales, alors que l’opposition plaide pour une entrée en vigueur en 2027.

Ne s’étant pas ainsi accordées sur la date d’effet de cette disposition, les deux parties s’en remettent à la décision du chef de l’État Roch Kaboré.

Le dialogue politique est une trouvaille du président Kaboré pour faciliter les échanges entre majorité présidentielle et partis  affiliés au Chef de file de l’opposition politique (CFOP).

Ce dialogue a débuté le 17 juin 2021, mais a été interrompu avec deux jours plus tard, avec le retrait de l’opposition qui avait déposé des préalables pour poursuivre les discussions.

Les échanges ont repris le 27 septembre dernier et sont arrivés à terme le 28. Des conclusions ont été arrêtées et le président du Faso a dit s’engager pour la l’effectivité des mesures prises.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire