Accueil Société Burkina/Lutte anti-terroriste: vers une «guerre» contre le sabotage du moral des troupes

Burkina/Lutte anti-terroriste: vers une «guerre» contre le sabotage du moral des troupes

5774
1
Roch Kaboré faisant la revue de troupe avant le début de la cérémonie

Le ministre burkinabè de la Défense nationale et de Anciens combattants, Moumina Chériff Sy, a annoncé ce vendredi 1er novembre 2019 que le gouvernement mènera une «guerre» sans merci dans les jours à venir contre « des campagnes de propagandes savamment orchestrées dans des médias traditionnels et sur les réseaux sociaux » qui entament le moral des troupes, lors du 59e anniversaire des forces armées célébré autour du thème: « L’union sacrée des populations autour des Forces armées nationales (FAN) dans la lutte contre le terrorisme ».

La traditionnelle cérémonie de la fête de l’armée nationale s’est tenue devant le camp Guillaume Ouédraogo à la Place de la Nation (centre-ville Ouagadougou). Après une revue des troupes composées des corps militaires et paramilitaires du Burkina Faso, par le président Roch Marc Christian Kaboré, la cérémonie a débuté avec le discours du ministre de la Défense nationale et de Anciens combattants, Chériff Sy.

La commémoration de l’anniversaire des Forces armées nationales (FAN) est une occasion de communion entre les différentes unités qui composent l’armée nationale mais aussi et surtout avec toutes les forces vives du Burkina, a d’abord indiqué M. Sy, notant que « malheureusement, cet anniversaire tombe encore cette année dans un moment où notre pays continue de subir l’épreuve de la guerre contre le terrorisme ».

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré

« Depuis quatre années maintenant, notre peuple, son Armée et l’ensemble de ses Forces de Sécurité sont soumis à une guerre multiforme et multidimensionnelle contre des groupes armés terroristes qui écument l’ensemble de notre territoire », a relaté Moumina Chériff Sy, pour qui cette « grande épreuve nous fait perdre presque toutes les semaines des hommes sur les différents théâtres d’opérations, mais aussi des civils qui paient également le plus lourd tribut à cause de cette barbarie qui nous est imposée ».

Certainement que le Burkina Faso peut compter sur l’union sacrée des populations autour des Forces armées nationales dans la lutte contre le terrorisme, mais « nos FDS doivent demeurer en première ligne », a poursuivi Chériff Sy. « Non pas seulement dans le maniement des armes, mais aussi dans le renforcement de notre capacité à apporter la riposte qu’il faut à la guerre d’influence et de désinformation qui se mène auprès des populations », a-t-il ajouté. Pour gagner la guerre contre le terrorisme, le Burkina Faso doit s’engager aussi dans « l’autre guerre contre les mauvaises images qui sont véhiculées sur nos FDS à travers des campagnes de propagande savamment orchestrées dans des médias traditionnels et sur les réseaux sociaux », a-t-il soutenu.

Moumina Chériff Sy, ministre burkinabè chargé de la Défense nationale et des anciens combattants

« La guerre qui nous est imposée aujourd’hui ne se déroule pas seulement sur les champs de bataille physique que sont la terre et les airs. Nous faisons face aussi à une guerre virtuelle dont nous devons tenir compte dans nos actions de renseignements, d’attaques ou de contre-attaques, de prévention ou d’anticipation. Ceux qui nous attaquent essaient de jouer sur le moral de nos troupes », a insisté le ministre de la Défense nationale.

Aussi, « quels que soient les moyens logistiques ou technologiques qu’on mettra à leur (FDS) disposition, si nous n’avons pas des hommes et des femmes de qualité et de conviction pour conduire les actions sur les théâtres d’opération, nos efforts seront vains, notre dispositif sécuritaire peinera à tenir face à l’ennemi », a-t-il reconnu.

Le discours de Chériff Sy a été suivi de distinction. Quatre types de médailles à savoir « la médaille d’honneur militaire, la médaille militaire, la médaille commémorative et la médaille d’honneur des Sapeurs-pompiers », ont été décernées à des militaires et civils ayant œuvré au bon fonctionnement et à l’épanouissement de l’armée cette année.

Le président du Faso, Roch Kaboré félicitant les récipiendaires

Après cet acte, il a été procédé à l’appel nominal des éléments de Forces armées tombés sur le champ de bataille contre le terrorisme. Ils sont au total 204 militaires et gendarmes qui sont tombés les armes à la main sur le front.

Le président du Faso, après avoir félicité les récipiendaires a signifié à la presse que cette cérémonie est une occasion de « reconnaître l’engagement et le dévouement de nos FDS dans ce combat difficile, un combat qui ne répond pas aux normes de guerre, un combat qui sera de longue durée ». Il a réaffirmé que le Burkina Faso restera débout. « Nous maintiendrons coûte que coûte vaille que vaille l’intégrité de notre territoire. Je suis convaincu qu’unis et solidaires nous allons remporter cette victoire », a réitéré Roch Kaboré qui a aussi réaffirmé que le gouvernement prendra « toutes les dispositions » pour non seulement « soutenir » les Forces armées mais également « faire en sorte que le moral des troupes soit au diapason du combat qu’elles mènent ».

Par Bernard BOUGOUM

1 Commentaire

  1. Belle initiative, il ne faut pas s’attendre que le sabotage prenne fin, il faut y mettre fin. Dans la lutte contre le terrorisme, l’information est à la fois une arme et une cible .Nous devons avoir un système de renseignement aussi défensif qu’offensif. La plus grande des vulnérabilités c’est de ne plus être capable de conserver propres ses secrets et ou informations confidentielles.
    Courage aux FNDS!!!

Laisser un commentaire