Accueil A la une Burkina: plus de 3 000 bidons d’huile de vidange contrefaite saisis, 5 délinquants...

Burkina: plus de 3 000 bidons d’huile de vidange contrefaite saisis, 5 délinquants aux arrêts

Cinq personnes qui s’adonnaient à la contrefaçon, ont été mis aux arrêts à Ouagadougou, selon un communiqué du service de Communication de la Police nationale burkinabè, informant de la saisie, lors de cette interpellation, de plus de 3 000 bidons d’huile de vidange contrefaite.

Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité urbaine, la Police nationale a mis un terme aux activités d’un réseau de présumés délinquants dans la ville de Ouagadougou, lit-on dans le document de son service de communication.

Ces présumés délinquants, au nombre de «cinq», «s’adonnaient à la contrefaçon, l’importation illicite et la commercialisation frauduleuse de produits lubrifiants des marques TOTAL, SHELL et GENERAL», précise-t-il.

C’est au total «3 120 bidons d’huile de vidange contrefaite» qui ont été saisis. Il s’agit de «1 560 bidons d’huile de vidange contrefaite de la société SHELL; 1 284 bidons d’huile de vidange contrefaite de la société GENERAL; 276 bidons d’huile de vidange contrefaite de la société TOTAL».

«Un véhicule fourgonnette et trois tricycles ont également été saisis des mains des présumés malfrats. Le préjudice subi par ces trois sociétés s’évalue à près de 2 000 000 000 FCFA», selon le communiqué de la Police.

Après investigation, il ressort que les mis en cause «s’approvisionnaient de ces produits lubrifiants à partir de Cinkansé auprès d’un commerçant, lequel les importe d’un pays étranger». «Ils les acheminaient ensuite à Ouagadougou avec les véhicules de transport ‘’Dina’’ suivant l’axe Cinkansé-Ouagadougou, tout en prenant le soin de contourner les services des Douanes. Une fois à Ouagadougou, les marchandises étaient déchargées et stockées dans certains quartiers de la capitale, pour être vendues aux usagers des engins à deux ou trois roues à des prix dérisoires», explique le document de la Police nationale.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire