Accueil A la une Burkina/Réconciliation: le RPI «opte pour l’expérience du Rwanda et sollicite le parrainage...

Burkina/Réconciliation: le RPI «opte pour l’expérience du Rwanda et sollicite le parrainage de Paul Kagame»

Le président entrant à gauche, Raphaël Kouama recevant le drapeau du RPI des mains de Inoussa Bilgo, président sortant

Le nouveau président du Rassemblement patriotique pour l’Intégrité (RPI), Raphaël Kouama, a lancé le samedi 16 juillet 2022 à l’endroit des autorités de la Transition burkinabè que son parti «opte pour l’expérience du Rwanda en matière de réconciliation et sollicite le parrainage du président Paul Kagame» pour la réussite de cette préoccupation au Burkina Faso. L’ex-député du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, ex-parti au pouvoir) a été élu le samedi président du RPI à la fin du premier congrès ordinaire du parti qui s’est tenu à Ouagadougou sous le thème: «Améliorer l’ancrage du RPI dans un contexte sécuritaire national difficile».

«Le Rassemblement patriotique pour l’Intégrité (RPI) souhaite la réconciliation des filles et fils de ce pays. Le RPI veut et appelle de toutes ses forces la réconciliation sincère dans notre pays. Nous sommes attristés et meurtris que la haine, la vengeance et les divisions continuent dans le pays», a déclaré le nouveau responsable du RPI qui a reçu ses charges à la clôture du congrès ordinaire organisé à la Maison du Peuple de Ouagadougou.

Une vue des participants au congrès du RPI

Pour Raphaël Kouama, qui s’est interrogé, «à quand la fin de cette déchirure de notre patrie», il est grand temps que les Burkinabè puissent se pardonner sur ce qui les divise pour regarder ensemble dans la même direction et faire face à l’hydre terroriste. «Nous sommes déjà à la tâche pour proposer aux nouvelles autorités le format de réconciliation nationale que nous souhaitons», a-t-il renchéri.

«Vous m’avez fait l’honneur de me choisir comme président du parti, président de la coordination politique nationale. Je mesure l’immensité de la tâche mais pas l’impossibilité de la tâche », a indiqué M. Kouama qui place son mandat sous l’affirmation de la force de proposition du RPI, l’ancrage du parti comme force politique majeure au Burkina Faso et la promotion des valeurs cardinales du RPI à savoir le patriotisme, l’intégrité et la justice».

De ses propos, le RPI, travaillera à mettre au centre de son combat, «la tolérance, le vivre ensemble, la réconciliation, les intérêts des populations et de la collectivité». A contrario, le RPI dit écarter dans l’atteinte de son idéal politique, «la haine de l’autre, la division au sein de la population et l’intérêt individuel».

Raphaël Kouama a laissé entendre que son bureau est «déjà en pourparlers avec plus d’une dizaine de partis politiques amis pour des alliances ou des fusions» afin de renforcer le parti.

Le nouveau président du RPI, Raphaël Kouama (micros)

«Aujourd’hui, malgré les tentatives d’obstruction que nous avons vécues, notre parti en deux ans a pu s’imposer sur l’échiquier politique national», s’est félicité le président sortant, Inoussa Bilgo, rappelant que sur 15 partis présents à la dernière assemblée nationale, le RPI était classé septième avec trois députés dont un sur la liste nationale.

Selon les dirigeants du RPI, c’est au forceps que ce congrès a été tenu pour se conformer à la règlementation du pays, sinon ils vivent la situation nationale marquée ces derniers par une recrudescence des attaques terroristes qui touche la moitié du territoire national.

Le RPI a été créé le 3 décembre 2019 et prône le développement d’un nouveau modèle social avec l’intégrité comme centre de gravité.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire