Accueil Monde Centrafrique: incident entre la garde présidentielle et des casques bleus égyptiens

Centrafrique: incident entre la garde présidentielle et des casques bleus égyptiens

Photo d'illustration

L’Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé le mardi 2 novembre, que dix Casques bleus égyptiens de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) ont été blessés lundi par des tirs de la garde présidentielle à Bangui. Des sources proches du gouvernement centrafricain, affirment que ces casques bleus auraient tenté de prendre des photos de la résidence.

Un incident impliquant la garde présidentielle de Bangui en Centrafrique et des casques bleus de la Minusca. En effet, l’ONU, a annoncé le mardi 2 novembre, que dix Casques bleus égyptiens «ont essuyé des tirs nourris de la garde présidentielle, sans sommation préalable ni riposte aucune, alors qu’ils n’étaient pas armés». Deux d’entre eux ont été grièvement blessés, a noté l’Organisation des Nations unies. Elle a condamné  «une attaque délibérée et inqualifiable» et a appelé à l’ouverture d’une enquête.

Selon des sources, le bus  des forces onusiennes s’est retrouvé à 120 mètres de la résidence du chef de l’État, Faustin Archange Touadéra, qui se trouve actuellement en Écosse pour la COP26. Des sources, proches du gouvernement centrafricain, affirment que ces casques bleus auraient tenté de prendre des photos de la résidence.

En quittant la zone après les tirs, à 120 mètres environ de la résidence présidentielle, le bus «a heurté une femme qui a perdu la vie», rapportent d’autres sources.

La Minusca est présente en Centrafrique, qui est plongée dans une guerre civile sanglante après un coup d’Etat en 2013. La tension est parfois montée entre les deux parties dans ce pays classé deuxième pays le moins développé au monde par l’ONU.

Mi-octobre 2021, le chef de l’ONU, Antonio Guterres avait dénoncé « des incidents hostiles » ciblant des Casques bleus et impliquant « des forces de défense et de sécurité déployées bilatéralement » qui se poursuivaient à « un niveau inacceptable’’.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire