Accueil A la une Corruption au Burkina: la Police municipale tient la dragée haute à la...

Corruption au Burkina: la Police municipale tient la dragée haute à la Police nationale

Photo d'illustration

Le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) a publié le jeudi 11 novembre 2021 à Ouagadougou, son rapport 2020 sur l’état de la corruption au Burkina Faso, et la Police municipale occupe le haut du classement comme service le plus corrompu en 2020. Elle est suivie par la Police nationale (2e), de la Douane qui vient en troisième position, la direction générale des Transports terrestres et maritimes (DGTTM), quatrième et de la Gendarmerie nationale (5e). Presqu’une affaire d’hommes de tenue, à en croire le classement du REN-LAC.

La Police municipale est le service le plus corrompu au Burkina Faso, selon le rapport 2020 du Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) sur l’état de la corruption, publié le jeudi 11 novembre 2021. L’institution vient en tête de classement avec un pourcentage de 75,21%.

Les activités concernées par les sondages sur l’institution policière sont essentiellement les contrôles de la circulation urbaine.

Dans ce classement des services les plus corrompus au Burkina selon le rapport du REN-LAC, la Police nationale vient en deuxième position avec 28,96 % de taux de corruption en son sein. Les opérations de contrôle d’identité et de documents sur les axes routiers (76% des cas) et les établissements de Cartes nationales d’identité burkinabè, CNIB (18% des cas) sont les actes concernés par l’enquête Réseau national de lutte anti-corruption.

A en croire le document du REN-LAC rendu officiel le jeudi 11 novembre, la Douane occupe le troisième rang des institutions les plus frappées par la gangrène de la corruption, avec un taux de 27,63%. Selon le rapport, les actes de corruption ont tourné autour des activités telles que les opérations de contrôle au niveau des postes fixes, les vérifications de cartes grises.

En ce qui concerne la direction générale des Transports terrestres et maritimes (DGTTM), quatrième du classement avec un taux de 22,14%, les actes de corruption sont, entre autres, les retraits et renouvellement de documents d’engins, les examens du permis de conduire.

La Gendarmerie nationale est placée cinquième au classement des services touchés par le phénomène de la corruption. Les activités concernées sont les opérations de contrôle sur les axes routiers, les opérations de police judiciaire.

Le sondage du Réseau national de lutte anti-corruption a concerné environ 2 000 personnes avec un taux de couverture de 100%. 81,95 % des enquêtées ont estimé que la corruption en 2020 était fréquente.

Sur l’état d’évolution de la corruption, 42,4% des personnes concernées par le sondage ont noté que, par rapport à 2019, la corruption a augmenté de façon générale en 2020. Et 26,1% ont affirmé avoir personnellement offert au moins une rétribution illégale à des agents publics en échange.

Par Wakat Séra

1 Commentaire

Laisser un commentaire