Accueil A la une Côte d’Ivoire: entre fête des «Chinois» de DJ Arafat et violences politiques

Côte d’Ivoire: entre fête des «Chinois» de DJ Arafat et violences politiques

567
0

Les «Chinois», les fans de Dj Arafat, tiennent à marquer d’une pierre blanche le premier anniversaire du décès de leur idole qui a tiré sa révérence le 12 août 2019. Depuis le matin de ce mercredi, les fanatiques du «Commandant Zabra» ont donc pris d’assaut une des rues du quartier Angré-8è tranche où l’artiste a eu l’accident qui lui a coûté la vie.

Venus de tous les coins d’Abidjan parfois à pied, «les Chinois» vont vibrer toute la nuit aux sons du «couper-décaler», musique urbaine valorisée par le «Daïshikan» qui a fini par s’imposer comme le roi incontesté de cette sonorité. Pour ce premier anniversaire, il est prévu un concert sur le lieu de l’accident, un piquet d’honneur des motards et des animations dans divers endroits, l’inauguration des maquettes de la statue du «Daïshikan» à Angré et du futur siège de la Yorogang, son orchestre.

Cette commémoration intervient dans un contexte de crise politique alimentée par des manifestations contre la candidature du président Alassane Ouattara au scrutin du 31 octobre 2020, synonyme d’un troisième mandat que lui interdit la Constitution ivoirienne. Plusieurs organisations de la jeunesse, proches des partis de l’opposition invité leurs camarades à descendre dans les rues pour contester la candidature du champion du Rassemblement des Houphouétistes pour la paix et la démocratie (RHDP). Les jeunes du RHDP ont également programmé une marche à la même heure et sur les mêmes lieux, le même jour. Du chaos dans l’air en perspective. face à cette situation délétère, les «Chinois» ont mis en garde les politiciens contre toute récupération de l’anniversaire de «Sao Tao le dictateur», un autre surnom de Dj Arafat. Ils souhaitent que leur fête ne soit pas infiltrée par les opposants ou des partisans à la candidature de Alassane Ouattara. Ils plaident pour que leurs différentes vidéo ne soient récupérées et détournées à d’autres fins, par l’une ou l’autre des chapelles politiques.

C’est dans ce contexte que des affrontements se sont produits ce mercredi 12 août 2020 à Daoukro, fief de Henri Konan Bédié, candidat du Parti démocratique de Côte dIvoire (PDCI) à la présidentielle d’octobre prochain. Le bilan fait état de plusieurs blessés, des dégâts matériels, des domiciles incendiés, des commerces détruits. Les différents sièges locaux du PDCI et du RHDP ont été saccagés. La veille, une marche contre la candidature du champion du RHDP a failli dégénérer en un conflit communautaire, évité de justesse par l’intervention des forces de l’ordre.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire