Accueil A la une Côte d’Ivoire: le show Gbagbo continue!

Côte d’Ivoire: le show Gbagbo continue!

Une liesse populaire indescriptible accompagne le "woody de Mama" depuis son retour à la maison

«Allons à Gagnoa!» En créant cette chanson, Magic Diezel, était sans doute loin qu’en un laps de temps elle deviendrait aussi virale sur les réseaux sociaux. En tout cas, ces paroles prémonitoires, ont accompagné le fils de Gagnoa chez lui. Laurent Gbagbo à Mama. C’est fait, alors que peu de gens n’y croyaient plus avec l’arrestation de l’ancien président ivoirien dans le bunker de la résidence présidentielle. C’était dans un concert de détonations d’armes lourdes, le 11 avril 2011, pendant que le prédécesseur de Alassane Dramane Ouattara se réclamait toujours gagnant de la présidentielle de 2010. Quatre mois de lutte militaire, politique et diplomatique, acharnée qui a eu raison de Laurent Gbagbo, dont le colis sera finalement expédié à La Haye, réceptionné par la Cour pénale internationale de Fatou Bensouda. Mais une décennie après, acquitté par la même CPI, en mars dernier, malgré les dernières forces jetées dans la bataille par la désormais ancienne procureure, le «woody de Mama» est rentré à la maison. Le train de la réconciliation, officiellement mis en route par ADO est passé par là.

D’Abidjan, le 17 juin, à Mama, ce dimanche, le show Gbagbo a tenu toutes ses promesses, et donné surtout la preuve que la popularité de Laurent Gbagbo, n’a pas pris une ride. Elle semble même avoir été boostée par le passage à la prison 5 étoiles de Scheveningen. Sans être Nelson Mandela, l’ancien président ivoirien n’en continue pas moins de soulever foule, après sa sortie de geôle. Mieux, le «soldat» semble retrouver, auprès des siens, une nouvelle jeunesse pour se mettre à la disposition de son parti, car réconciliation ou pas, selon lui, «la lutte continue». Est-ce cette manifestation de liesse populaire, jauge infaillible des politiciens, qui a poussé le pouvoir de Alassane Dramane Ouattara, à souhaiter et encourager par tous les moyens, un retour en catimini, de l’ancien de la CPI à Abidjan? Visiblement, et sans verser dans un quelconque procès d’intention mais se basant sur les faits qui l’ont émaillé, ce come back n’est pas souhaité, en réalité, par l’homme fort d’Abidjan qui laisse toujours planer, sur la tête de son prédécesseur, cette fameuse condamnation de 20 ans de prison pour l’affaire dite «casse de la BCEAO». Certes, les victimes de la crise, plus de 3000, ne sauraient être passés par pertes et profits. Mais qui les a tuées?

Deux camps étaient en conflit. Laurent Gbagbo a été envoyé à la CPI et en est revenu acquitté. Par le jeu de la justice des vainqueurs, personne n’a été inquiétée dans le camp d’en face. Si tous ne peuvent être jugés autant ne persécuter aucun. Surtout que la réconciliation a été actionnée, par Alassane Dramane Ouattara qui doit prendre ses responsabilités et aller jusqu’au bout de son acte. Le chef de l’Etat ivoirien bénéficiera, d’ailleurs, maintenant et après ses mandats présidentiels, des effets bienfaisants de cette réconciliation qui aura le mérite de projeter la Côte d’Ivoire vers la cohésion nationale. Les démons du chaos et des violences se promenant en permanence sur les bords de la lagune Ebrié, il est temps de tourner la page, et de donner une nouvelle chance de paix et de développement à la Côte d’Ivoire. Toutefois, il faut le dire, cette nouvelle fenêtre ne saurait s’ouvrir encore sur la vielle classe politiques et l’éternel monstre tricéphal, Ouattara-Bédié-Gbagbo, qui hante la Côte d’Ivoire depuis un lustre et hypothèque sa mue et sa régénérescence, tant souhaitées.

En attendant, Laurent Gbagbo a eu l’occasion de s’incliner sur la tombe de sa maman, décédée en 2014, alors que son fils était embarqué dans le tourbillon judiciaire de la CPI. Dans le même temps, il savoure ce retour inespéré dans une ambiance de fête, dans la perspective de retrouver le combat politique, sur fond de…réconciliation!

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire