Accueil Société Couverture médiatique en temps de crise: la Croix-Rouge internationale outille des journalistes

Couverture médiatique en temps de crise: la Croix-Rouge internationale outille des journalistes

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a initié, le mardi 2 août 2022 à Ouagadougou, une session de formation à l’endroit des journalistes dans le but de les outiller sur les règles essentielles du Droit international humanitaire, relatives à la protection des Hommes de médias et leur donner des rudiments pour leur permettre de faire leur travail en temps de crise.

Une trentaine de journalistes ont bénéficié, le mardi 2 août 2022 à Ouagadougou, d’une session de formation qui leur a permis d’acquérir des connaissances sur le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et ses sociétés nationales; sur les règles essentielles du Droit international humanitaire relatives à la protection des Hommes de médias. Ils ont aussi été capacités en technique de couverture médiatique en temps de crise, et aux gestes de premiers secours.

Laurent Saugy, chef de la délégation de CICR au Burkina

«Ces instants sont très importants pour nous car, nous restons convaincus, que les journalistes peuvent soutenir les efforts des acteurs humanitaires visant à protéger la vie des gens et la dignité humaine contre les effets des conflits armés», a dit le chef de la délégation du CICR au Burkina Faso Laurent Saugy.

Depuis 2015, le Burkina Faso est confronté à des attaques armées qualifiées de «terroristes», ce qui a provoqué une crise humanitaire «la plus difficile de son histoire». «L’insécurité alimentaire qui s’aggrave, combinée au conflit et à la violence, une vague massive de déplacés internes, l’instabilité politique, la flambée des prix des denrées alimentaires, une crise de l’eau qui se prolonge, les effets des chocs climatiques, autant d’éléments qui poussent la population burkinabè au bord du gouffre», a fait savoir M. Saugy qui déclare que «l’accès humanitaire s’est considérablement détérioré, tout comme l’accès aux services essentiels».

Pour lui, les professionnels des médias ont aussi une contribution à faire, «un rôle important à jouer afin de mettre un peu de lumière, plus d’attention sur les souffrances des populations affectées par des situations de crise». Il soutient que le présent atelier est «une opportunité d’aider les journalistes à améliorer leurs connaissances sur les HID, de sorte à ce qu’ils puissent (les) utiliser pour étayer leurs reportages, d’écrire plus précisément ce dont ils sont témoins et sensibiliser l’opinion sur des questions qui ne sont peut-être pas sous les projecteurs des médias».

Photo de famille atelier CICR

Vu la situation, le chef de la délégation du CICR au Burkina Faso a appelé à l’arrêt des violences tout en rappelant que les parties au conflit et autres acteurs de la violence doivent respecter et protéger les populations civiles, y compris les blessés, les malades ainsi que les personnels de santé, les structures médicales et les véhicules sanitaires.

Cet atelier a été l’occasion pour le CICR de lancer la 3e édition du concours du meilleur reportage humanitaire sur le thème: «Crise sécuritaire combinée aux effets des changements climatiques au Burkina Faso: quel impact pour l’accès à l’eau par les populations ?».

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire