Accueil Société Décès de Soumane Touré: pluie d’hommages pour l’homme politique et le leader...

Décès de Soumane Touré: pluie d’hommages pour l’homme politique et le leader syndical atypique

Soumane Touré, SG du PITJ

Le secrétaire général du Parti de l’Indépendance, du Travail et de la Justice (PITJ), Soumane Touré, est décédé le 25 mars 2021, des suites de maladie à Ouagadougou. Les autorités du Burkina Faso et des personnes qui connaissaient bien l’homme politique et leader syndical atypique, par des messages, rendent ainsi hommages à M. Touré, décédé à l’âge de 73 ans.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré dit avoir appris avec « tristesse » le décès le 25 mars 2021 de Soumane Touré et il salue « la mémoire (du) digne fils » du Burkina qui « a énormément contribué à l’animation de la vie syndicale et politique, et au renforcement de la démocratie » du pays.

« En ces circonstances douloureuses, j’ai une pensée pour sa famille biologique et sa famille politique, auxquelles j’adresse mes sincères condoléances », lit-on dans la note du président Kaboré qui souhaite « que la terre du Burkina Faso lui soit légère » !

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, suite à la disparition de Soumane Touré, SG du PITJ, a écrit que c’est « une bibliothèque de l’histoire politique de notre pays (qui) s’est refermée à jamais » ! Le chef du gouvernement burkinabè dit avoir également appris le décès le décès de M Touré avec « une profonde tristesse ».

Celui que le Burkina Faso pleure « a marqué, de sa plus belle empreinte, la vie politique et syndicale » du pays, rappelle Christophe Dabiré qui poursuit que Soumane Touré « est un grand combattant qui s’est entièrement investi dans la politique et le syndicalisme, durant plusieurs décennies, contribuant ainsi à la construction et à l’édification de la démocratie burkinabè ».

« En ces moments douloureux, je salue sa mémoire et je lui rends un vibrant hommage ! J’adresse à ses familles biologique et politique, mes condoléances les plus attristées », a salué M. Dabiré.

Le Chef de File de L’Opposition Politique au Burkina Faso, Eddie Komboïgo a appris avec « une profonde consternation le rappel à Dieu de Soumane Touré, Secrétaire général PITJ des suites de maladie ». « Je salue la mémoire d’un grand homme qui a marqué tant la vie politique que syndicale de notre nation », a aussi salué le président du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), parti de l’ex-président Blaise Compaoré.

« En ces instants douloureux, tout en priant pour le paisible repos de son âme, j’adresse à ses familles biologique, syndicale et politique, mes condoléances les plus émues », a adressé M. Komboïgo qui formule le vœu que l’âme de M. Touré « repose en Paix et que la terre libre du Burkina Faso lui soit légère ».

L’ex-leader de l’opposition politique burkinabè, Zéphirin Diabré, actuellement ministre de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale se dit « peiné énormément » par le décès de Soumane Touré qui « fut un infatigable défenseur des libertés (ayant) marqué l’histoire politique et syndicale du Burkina Faso de sa vie empreinte de courage et de détermination ».

« A sa famille et à ses camarades de lutte », le président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) présente ses « condoléances les plus attristées » et souhaite « que la terre libre du Burkina soit légère à Soumane Touré » !

Pour le journaliste Ismaël Ouédraogo, directeur général de la télévision privée Burkina Info, parlant du décès de Soumane Touré, « une bibliothèque politique et un syndicaliste s’en est allé ». Certainement le Burkina Faso sera marqué par « la disparition de l’homme politique Soumane Touré, un monsieur (qui) avait toujours eu un langage de vérité dans les interviews et ne se privait pas de donner son envie sur les sujets qui fâchent ».

« Décédé à 73 ans, M. Soumane TOURE, avait été évacué en Tunisie pour des soins et avait regagné Ouagadougou le 10 Mars 2021 », rappelle le journaliste qui souhaite « paix à l’âme de Soumane Touré, homme politique et syndicaliste qui était convaincu du combat qu’il menait ».

Un autre journaliste Boukari Ouoba, rédacteur en chef du journal d’investigation Mutations, indique qu’« on peut ne pas l’aimer, on peut ne pas être d’accord avec lui, et personnellement ces dernières années j’étais sur plusieurs points en désaccord avec lui, mais il faut reconnaître qu’il (Soumane Touré) n’était pas un homme politique yougou yougou ».

« Quand (M. Touré) parlait, il fallait forcément ouvrir les oreilles et ouvrir la bouche ajouter pour l’écouter. Les hommes politiques de sa classe sont devenus des espèces rares en voie de disparition », regrette Boukari Ouoba qui affirme que « nous sommes désormais à l’ère des entrepreneurs politiques » qui « savent tout, sauf faire la politique ». Certaines personnes « ne peuvent même pas  faire une thèse ou une antithèse mais (elles) sont politiques quand même », se plaint M. Ouoba.

« Incontestablement, Soumane Touré était un homme politique plein. Il avait de la conviction et était libre d’esprit. Même devant vents et marées, il ne marchandait pas ses convictions politiques. Il n’avait pas fait de la politique une entreprise lucrative mais une arène de débats d’idées », affirme pour sa part Gaston Sawadogo, rédacteur en chef du bimensuel L’Evènement.

M. Sawadogo continue en ces termes pour saluer la mémoire de Soumane Touré : « Parfois, j’étais incapable de le comprendre et je m’excusais en ces termes : sacré Soumane ! Parfois, j’étais totalement en désaccord avec lui. Mais je l’admirais, je l’ai toujours aimé. Sacré Soumane ! Dors en paix ! ».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire