Accueil A la une Fête du trône: les excellentes relations entre le Burkina et le Maroc...

Fête du trône: les excellentes relations entre le Burkina et le Maroc célébrées 

633
0
Coupure du gâteau

Les Marocains et leurs «amis» burkinabè et d’autres nationalités ont célébré dans la fraternité et la convivialité à la résidence du Royaume du Maroc, dans la soirée du mardi 30 juillet 2019 à Ouagadougou, la fête du Trône marquant cette année le 20è anniversaire de l’accession au pouvoir, de Mohammed VI. Opportunité pour le nouvel ambassadeur du Maroc au Burkina Faso, Youssef Slaoui, de dresser un bilan positif à divers niveaux des réalisations du roi Mohammed VI et l’état des relations entre le royaume chérifien et le Pays des hommes intègres.

La résidence du Royaume du Maroc, a accueilli des invités triés sur le volet venus témoigner leur amitié au Maroc qui célébrait la Fête du Trône. Des membres du gouvernement, des chefs de missions diplomatiques et représentants des Organisations internationales et africaines, des présidents d’institutions, des députés, des personnalités civiles et militaires et des autorités religieuses et coutumières, ont rehaussé la cérémonie de leur présence.

Le nouvel ambassadeur du Maroc au Burkina, Youssef Slaoui

C’était un moment privilégié, comme l’a rappelé le diplomate marocain pour renouveler la parfaite communion entre le peuple marocain et la Monarchie Alaouite ayant pour fondement la légitimé historique et populaire qui garantit l’unité du Royaume, sa stabilité, sa pérennité ainsi que sa souveraineté et son intégrité territoriale. Ce fut également l’occasion pour l’ambassadeur, de mettre en exergue, les nombreuses réalisations accomplies, sous la conduite «éclairée» du roi Mohammed VI, tant sur les plans politique, institutionnel, économique que social, ces 20 dernières années.

«C’est avec un réel plaisir que les membres de l’Ambassade et moi-même vous souhaitons la bienvenue à la Résidence du Royaume du Maroc, pour partager ce moment solennel marquant la célébration par le peuple marocain de la fête du Trône», a introduit Youssef Slaoui, à l’endroit de ses invités de marque. C’est avec un plaisir non dissimulé qu’il a signifié que le «Maroc poursuit avec sérénité et confiance son processus de développement et de prospérité amorcé avec une cadence accélérée».

Une vue des personnalités

A l’instar des actions engagées en faveur du développement au niveau interne, a poursuivi l’ambassadeur marocain au Burkina, le Maroc est fortement représenté au niveau diplomatique en Afrique, continent auquel il est attaché par des liens historiques profonds et multiséculaires. Toujours selon l’ambassadeur, le Royaume du Maroc a toujours fait de l’intégration du Continent l’un des fondements de sa politique étrangère et œuvre constamment en faveur de l’établissement d’un partenariat constructif et d’une coopération tous azimuts avec les pays africains frères, qui place l’élément humain au centre de ses préoccupations.

Pour le diplomate, le Royaume chérifien est également engagé de manière irréversible en faveur de la défense des intérêts du Continent. Cela s’est traduit, a-t-il affirmé, de manière résolue dès son retour au sein de sa famille institutionnelle africaine, l’Union Africaine, et sa contribution à la concrétisation de son agenda de développement et de promotion de la paix et de la stabilité et la préservation de son unité. «Cet engagement a été réaffirmé par les tournées que Sa Majesté le Roi a effectuées dans le continent et véhicule clairement la ferme volonté du Royaume à renforcer ses relations avec les pays africains et de concrétiser une coopération Sud-Sud solidaire et agissante», a noté l’ambassadeur, poursuivant que c’est dans le cadre de cette vision que s’inscrivent les excellentes relations qu’entretiennent le Royaume du Maroc et le Burkina Faso, ayant pour fondements la solidité des rapports empreints d’amitié sincère, d’estime et de considération mutuelles liant les deux chefs d’Etat, sa Majesté le Roi Mohammed VI et son frère, le président Roch Marc Christian Kaboré».

Une vue des invités

Les relations de coopération entre le Burkina Faso et le Maroc sont régies par un «cadre juridique riche, et qui ne manquera pas d’être davantage étoffé à l’occasion de la tenue de la prochaine Commission mixte de Coopération, notamment par l’introduction de Conventions d’Accords de nouvelle génération, à même de consolider notre coopération et lui conférer une dynamique renouvelée», a laissé entendre le diplomate, précisant que sur le plan politique, les relations bilatérales se caractérisent par une «convergence des positions et un soutien mutuel sur les questions d’intérêt commun, tant au niveau régional qu’international et tout particulièrement à l’échelle africaine où les deux pays se concertent de manière régulière sur les questions qui concernent le continent et son avenir». Et, en la matière, a ajouté le diplomate marocain, la fréquence élevée des échanges de visites entre les hauts responsables des deux pays appartenant aux pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, ainsi que les Institutions et Etablissements publics et privés, illustre de manière «éloquente la qualité exceptionnelle» de ces relations.

Cette coopération, n’a pas manqué de dire l’ambassadeur marocain, est aussi efficace au niveau de la formation académique, professionnelle et militaire qui constitue un axe stratégique du programme de coopération entre les deux pays. Le Maroc accorde chaque année, a rappelé l’homme qui attend de présenter ses lettres de créance aux autorités burkinabè, des bourses d’études au Burkina Faso pour la formation de ses étudiants dans les établissements universitaires et techniques et les grandes écoles du Maroc. Le quota de bourses réservées au pays des «Hommes intègres» a été relevé de «100 à 150 dont 50 sont consacrées à la formation professionnelle, à compter de l’année universitaire 2018-2019», s’est réjoui l’hôte du jour, notant que cela place le Burkina au rang des premiers pays récipiendaires de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle.

Une vue panoramique des invités

Conscient des violences et de l’insécurité grandissante notamment dans l’Afrique subsaharienne, le Royaume chérifien s’est aussi investi dans la promotion des valeurs authentiques de l’Islam, comme rempart contre l’extrémisme religieux, a souligné l’ambassadeur. Dans ce sens, a-t-il mentionné, le Maroc a créé en juin 2015, la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains ayant comme objectif majeur la promotion d’un islam ouvert, tolérant et de juste milieu. Une quarantaine de pays africains sont représentés au sein de cette Institution dont le Burkina Faso abrite une section opérationnelle depuis novembre 2017 à Ouagadougou, date de la tenue de son Assemblée générale constituante.

Sur le plan de la coopération économique, le Maroc et le Burkina entretiennent des relations fructueuses et mutuellement bénéfiques, a révélé l’ambassadeur. Pour lui, les porte-étendards de cette coopération couvrent un large éventail de domaines d’intérêt communs tels que les télécommunications, les banques et assurances, l’eau et assainissement, les travaux publics et les barrages, les cimenteries et construction, l’Industrie, les Energies Renouvelables notamment l’énergie solaire, les médias, l’hôtellerie et restauration, les BTP, la pharmacie, les missions commerciales, entre autres. Par ailleurs, les PME marocaines sont de plus en plus tentées d’élire domicile à Ouagadougou ou dans les autres villes burkinabè, comme c’est le cas aussi de leurs consœurs burkinabè qui font des affaires au Maroc et ce, grâce aux cadres incitatifs mis en place par nos deux pays, a salué le diplomate marocain, Youssef Slaoui.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire