Accueil Economie Le Burkina, « potentiel exportateur d’énergie renouvelable » dans la sous-région

Le Burkina, « potentiel exportateur d’énergie renouvelable » dans la sous-région

610
0

Le Burkina ayant l’un des meilleurs ensoleillements dans le monde et la sous-région est considéré comme « un potentiel exportateur (…) en matière d’énergie renouvelable », selon le ministre burkinabè de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, à l’ouverture des cinquièmes Journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE), ce jeudi 5 juillet 2018 à Ouagadougou.

Le ministre Bachir Ouédraogo qui a été choisi par l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable (JED), comme le président des cinquièmes Journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE), a laissé entendre que le Burkina et le Mali ont été « identifiés comme potentiels exportateurs en matière d’énergie renouvelable » dans la sous-région, déclarant que le gouvernement jouera sa partition pour que cela soit une réalité.

« La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Banque Mondiale et la Chine (notamment) croient au Burkina », a dit le ministre burkinabè de l’Energie.

C’est ainsi que M. Ouédraogo a sollicité l’implication du secteur public aussi bien que celui du privé dans la question de l’énergie, tout en félicitant la JED d’avoir choisir comme thème de réflexion des JACE : « Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina ». « Les communicateurs et les journalistes constituent un maillon essentiel dans la chaine de communication en matière d’énergie renouvelable », a affirmé le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo.

Pour le premier responsable du département de l’énergie au Burkina, « nous devons être en mesure de guider la population vers les meilleurs investissements et faire de telle sorte qu’ensemble nous puissions sortir des difficultés que nous connaissons dans le secteur de l’énergie ».

Des participants à l’ouverture des cinquièmes Journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE)

Le solaire constituant une opportunité pour le Burkina parce que permettant de réduire le coût du kwh de 40 à 50%, « aujourd’hui il faut résolument que (le pays) s’engage dans ce secteur qui va permettre non seulement d’augmenter l’accessibilité en matière d’énergie pour les populations, mais aussi réduire le coût du Kwh », a indiqué le ministre Ouédraogo.

« Le travail que l’association (JED) est en train d’abattre est un travail énorme et rentre en droite ligne dans ce que nous défendons au niveau de mon département et faire du Burkina Faso à l’horizon 2020-2025 le leader dans la sous-région en matière d’énergie solaire », a affirmé M. Ouédraogo pour qui « cela ne peut se faire qu’avec l’accompagnement de tout le monde ». « C’est main dans la main que nous allons pouvoir faire de telle sorte que le Burkina qui importe pratiquement 40 à 45% de notre énergie puisse diversifier ses sources d’approvisionnement, d’aller vers un mixte énergétique qui va nous mettre à l’abri des difficultés que nous connaissons », a-t-il poursuivi.

Pour le président de la JED, Grégoire Bazié, son association a décidé de placer les JACE sous le thème « Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina », car pour les membres, « la situation de l’accès aux services énergétiques n’est pas reluisante et est (même dramatique en milieu rural avec un taux d’accès de 3% ». « L’une des remarques majeures que l’on peut faire sur la situation de nos Etats, c’est la difficulté à produire au même rythme que l’évolution de la demande, cela faute de moyens d’investissements », a poursuivi M. Bazié, confiant que la JED reste convaincu que « favoriser l’accès aux services énergétiques modernes, c’est contribuer à la santé des femmes dans les campagnes, c’est permettre aux enfants ruraux ou citadins d’étudier la nuit, c’est améliorer la productivité ».

Quant au président de la chambre des mines du Burkina, Tidiane Barry, qui s’est réjoui du thème de la JACE qui est une invite aux sociétés minières à s’investir dans le secteur énergétique, a encouragé la JED à persévérer dans leur lutte pour l’accès aux services énergétiques.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire