Accueil A la une Macron au Cameroun: opération reconquête!

Macron au Cameroun: opération reconquête!

Des relations franco-camerounaises qui ont besoin d'être réchauffées

Emmanuel Macron en terre conquise ou à reconquérir? Il ne faut pas être un expert en politique internationale ou un liseur de boule de cristal pour reconnaître que l’influence de la France au Cameroun et plus loin, dans ce qui s’appelait le pré-carré français s’est considérablement lézardée. Ceux qui ont la langue fendue au mauvais endroit disent que l’ascendant qui était celui de nos ancêtres les Gaulois sur leurs anciennes colonies a explosé, laissant place à une sorte de désenvoûtement dont profite d’autres vendeurs de charmes venus de la Russie, de la Chine, de l’Inde, de la Turquie, etc. Et comme dans la bible des chrétiens, Emmanuel Macron ressemble à Jésus qui a chassé les commerçants du temple, la maison de son père. Mais la réalité est bien loin des paroles de l’évangile, car Jupiter aura fort à faire pour remettre à flot le paquebot battant pavillon tricolore.

Même avec ses bagages qui, sur un vol commercial lui auraient sans doute fait payer chèrement des excédents, les promesses de développement, de lutte contre la menace terroriste et de nouveau partenariat gagnant-gagnant, Macron II, à moins d’avoir des talents cachés de magicien, ne pourra renverser la tendance de si tôt. La France s’est comme laissée surprendre par les ambitions de ses concurrents qui eux, moins regardants sur la bonne gouvernance, la démocratie et le respect des droits de l’homme dont Paris se fait le chantre, ont déroulé une coopération plus réaliste qui épouse la vision des dirigeants africains, adeptes des règnes ad vitam aeternam.

En tout cas, dans cette opération de reconquête, peu de place sera consacrée à des questions dont la prise en compte, pourtant, fera un grand bien au climat socio-politique tendu à l’extrême. Les prisonniers politiques qui continuent de croupir dans les geôles de Kondengui, la redoutée prison centrale de Yaoundé; la préoccupante guerre de l’Ambazonie qui oppose le gouvernement de Paul Biya et les mouvements séparatistes anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest camerounais; les incursions régulières de la nébuleuse Boko-Haram qui mettent à mal la sécurité des Camerounais et de leurs biens, etc. sont autant d’équations à résoudre pour redonner des chances de vivre-ensemble et de paix au Cameroun. Que dire de la plus grande préoccupation de l’heure, en l’occurrence la succession de Paul Biya? «Popaul» a soufflé officiellement, 89 bougies le 13 février et totalisera, le 6 novembre, 40 années de pouvoir. Ce n’est pas peu!

Il faut le dire, sa santé de fer, qui malgré tous ses longs séjours médicaux ou non, s’oxyde comme celle de tous les humains, est la preuve que le presque nonagénaire a le droit de jouir d’une retraite bien méritée. Mais ce sujet risque d’être habilement éludé par le Français lors de la rencontre d’une heure prévue, ce mardi, entre lui et son hôte. Emmanuel Macron ne se permettra certainement pas le luxe de sortir une deuxième fois du diplomatiquement correct. Il saisira même peut-être l’opportunité, pour présenter ses excuses au locataire inamovible du palais d’Etoudi, lui qui, interpellé lors de sa campagne électorale en France, a promis de mettre le maximum de pression, sur son homologue et non moins aîné de plusieurs décennies, pour l’amener à respecter les droits de l’homme. Dans une délicate opération reconquête, il faut savoir rester dans les clous, et Emmanuel Macron dont le pays perd constamment du terrain en Afrique connaît bien la leçon.

Surtout que dans le voisinage camerounais de Macron, traîne Sergueï Lavrov, le missi dominici préféré de Vladimir Poutine. Le chef de la diplomatie russe, comme un hasard de calendrier bien pensé, est arrivé le dimanche soir à Oyo, le fief du Congolais Denis Sassou Nguesso, situé à 400 kms au nord de Brazzaville. Et lui était en terrain acquis, ne boudant pas son plaisir d’entendre son homologue congolais dire, sur la position de son pays dans la crise russo-ukrainienne, que le Congo ne peut pas hurler avec les loups ou jeter de l’huile sur le feu! Qui sont les loups de Jean-Claude Gakosso? Question! En tout cas, Français et Russes qui s’affrontent, sur bien des terrains africains, par pays interposés, ne se lâchent pas d’un pas.

Du Cameroun à la Guinée Bissau où il rencontrera Umaro Sissoko Embalo, son homologue et congénère âgé seulement de 4 ans de plus que lui, et tout nouveau président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), en passant par le Bénin à qui son pays vient de rétrocéder des trésors royaux pillés sous la colonisation, Emmanuel Macron aura peu de répit, entre questions sécuritaires et commerciales. La France qui sait désormais qu’elle doit considérer les Africains comme des partenaires et non des obligés, doit aller vite et bien pour sauver ce qui peut l’être encore face aux ogres chinois et russes qui, eux, ne lésinent sur aucun moyen, avec pour arme privilégiée de destruction massive la communication, surtout celle que les geeks appellent «fake news».

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire