Accueil A la une Mali: les Evêques condamnent «la prise de pouvoir en dehors de la...

Mali: les Evêques condamnent «la prise de pouvoir en dehors de la voie légale»

Mgr Jonas Dembélé, président de la Conférence Episcopale du Mali

Les Evêques du Mali, dans une déclaration en date du 25 mai 2021, et qui circule sur les réseaux sociaux, condamnent «la prise de pouvoir en dehors de la voie légale» et «la crise actuelle consécutive à des calculs personnels loin des préoccupations des populations et des intérêts » du pays.

«Les Evêques de l’Eglise catholique du Mali, suivent avec beaucoup d’inquiétude et d’amertume les événements survenus dans le pays suite à la mise en place, le 24 mai (2021) d’un nouveau gouvernement, intervenu après la démission du gouvernement et du Premier ministre Moctar Ouane, reconduit dans ses fonctions par le président de la Transition, Bah N’Daw», lit-on dans la déclaration où ils condamnent «la prise de pouvoir en dehors de la voie légale» et «la crise actuelle consécutive à des calculs personnels loin des préoccupations des populations et des intérêts » du pays.

A travers ce document, ils manifestent leur «incompréhension et indignation face à ce qui se déroule actuellement» au Mali au moment où «c’est avec beaucoup de peine que les populations font face aux différents défis, sécuritaire, sanitaire, socio-économique»; où «les forces vives des travailleurs revendiquent leur droit par une grève de grande envergure». Egalement au moment où «péniblement, certes, mais sûrement le pays vivait une transition politique négociée de hautes luttes», entre autres.

Mali: transition bousculée, la faute à qui?

Les Evêques «conscients de l’implication des médiateurs locaux, nationaux et internationaux dont ils saluent les effort, et de la nécessité d’un exécutif fort et d’une armée réconciliée et renforcée», recommandent «un dialogue constructif pour mettre fin à la présente crise» et suggère une trêve sociale».

«Les Evêques toujours fidèles à leur mission de prière, de veille et de médiation, restent vigilants et mobilisés pour l’intérêt de la Nation», informe la déclaration. Ils implorent Dieu «qu’Il donne» aux dirigeants du pays et aux citoyens «la sagesse et la conscience nécessaires pour rechercher avant tout le bien commun», conclut le document.

Par Wakat Séra  

Laisser un commentaire