Accueil Economie Nutrition : Nestlé Burkina mobilise pour un avenir sans faim

Nutrition : Nestlé Burkina mobilise pour un avenir sans faim

517
0
Une vue des panélistes

Nestlé Burkina a organisé le 25 octobre 2019 à Ouagadougou, la première édition du forum sur la nutrition. Autour du thème « Agissons pour une alimentation saine, abordable et accessible pour un avenir sans faim », trois communications ont meublé cette rencontre « riche » en informations.

En trois temps, environ 100 participants à la première édition du Forum sur la nutrition initié par Nestlé Burkina en marge de la Journée mondiale de l’alimentation tenue le 16 octobre 2019, ont été édifiés sur les obstacles et les solutions liés à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, dans un premier temps et ensuite, sur la disponibilité et politique qualité des aliments naturels et industriels au Burkina Faso, pour enfin recevoir des éléments d’informations relatives à la politique Faim zéro du ministère de l’Agriculture au Burkina Faso.

Avec ces messages, à l’endroit de participants issus des ministères de l’Agriculture et de la Santé, de la société civile, d’organisations non gouvernementales, des universitaires… Nestlé avait pour objectifs non seulement de renouveler son vœu en matière de nutrition, santé et bien-être, aussi, en regroupant ce monde, la maison du « Good Food Good Life » a passé l’invitation à chacun pour l’action, en jouant son rôle dans le cadre d’une stratégie et d’un plan d’action clair, précis, basé sur les objectifs de Développement durable, en matière de nutrition.

Une vue des participants au forum sur la nutrition

Du reste, il est ressorti dans les communications, Dr Marcel Bengaly, enseignant à l’université et nutritionniste, a fait savoir que la nourriture doit être disponible à tout moment et les populations doivent avoir les moyens de s’en procurer. Il ajoute que les populations doivent pouvoir manger à leur faim, mais pas n’importe quel aliment, car ces nourritures ne doivent pas rendre malade celui qui les consomme. Bien au contraire, elles doivent contenir tous les éléments nutritifs dont le corps a besoin, a avancé le nutritionniste.

Le directeur de la Normalisation et Certification (ABNORM),Dr Jean Paul Karama, quant à lui, a confié que le Burkina Faso dispose d’une politique nationale qualité. Aussi, il a fait une démonstration de la démarche qualité des produits que les populations consomment. Dans ce sens, il a, par exemple, suggéré que lorsqu’un consommateur se rend compte qu’on lui a servi un produit périmé, que ce dernier signale aux autorités compétentes la situation, afin que le commerçant ne remette pas sur le marché le produit impropre à la consommation.

Le représentant du directeur de Nestlé Burkina, Oumar Traoré

Le Conseiller en étude et analyse en santé alimentaire et nutritionnelle et chef de service Etude et Planification au ministère de l’Agriculture, lui, est revenu, entre autres, sur ce qui est faisable sur le terrain en termes d’exploitation. Il explique qu’il y a de quoi lutter contre l’insécurité alimentaire avec neuf millions d’hectares de terre cultivable, 233 mille ha de bas-fond exploitables et 500 mille ha de bas-fonds aménageables.

Oumar Traoré, Catégory Manager Nutrition Nestlé, intervenant au nom du premier responsable de Nestlé Burkina, a déclaré que « C’est un droit pour tous d’avoir une alimentation saine ». Et pour lui, « Nous devons agir et passer à l’action et l’un des moyens pour passer à l’action, est de garantir une alimentation saine, abordable, accessible aux individus et aux familles du Burkina Faso ».

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire