Accueil A la une Ouagadougou: des hauts cadres à la retraite rendent hommage à leur instituteur...

Ouagadougou: des hauts cadres à la retraite rendent hommage à leur instituteur de 95 ans

Louis Kafando remettant une enveloppe à Norbert Ouédraogo, ancien instituteur

Une délégation de la promotion de 1958 de l’école primaire publique Centre A de Ouagadougou, d’où sont sortis des élèves, aujourd’hui hauts cadres à la retraite au Burkina, a rendu visite, lundi 11 juillet 2022 à Bilbalogho, au Centre-ville de Ouagadougou, à leur instituteur, Norbert Ouédraogo, pour célébrer avec lui ses 95 ans et lui rendre hommage pour son sacrifie à leur égard. «Nous sommes contents, nous sommes heureux d’avoir appris auprès de vous qui avez été notre premier enseignant. Vous avez aujourd’hui 95 ans et nous venons célébrer cela avec vous», ont affirmé les hôtes du jour de M. Ouédraogo qui ont chaleureusement ovationné leur ancien enseignant, en guise de joyeux anniversaire.

Le lundi 11 juillet a été un jour particulier pour la promotion 1958 de l’Ecole primaire publique (EPP) Centre A de Ouagadougou sise à Paspanga, transformée en lycée municipal. Pour cause, cette date marque l’anniversaire de Norbert Ouédraogo, un enseignant qui les a façonnés. Une délégation de six des anciens élèves de l’EPP Centre A en son temps, sont venus témoigner leur «respect» à leur instituteur Norbert Ouédraogo qui fêtait ses 95 ans. C’était au domicile de l’heureux du jour, au quartier Bilbalogho en face de la cour royale du Baloum Naaba. Frédéric Korsaga, André Moïse Nignan-Traoré, Alain Roger Coeffé, Yala Koné, Louis Kafando et Halidou Sawadogo, composaient cette délégation bien représentative de la promotion.

Face à ses hôtes du jour, le vieux Norbert comme on l’appelle affectueusement dans le quartier, avec sa bonne mémoire, malgré son âge, a reconnu tout de suite des voix et même des visages de ses anciens élèves avant de se souvenir de certains autres après des présentations et autres causeries qui ont ravivé davantage ses souvenirs. C’est dans la convivialité et une ambiance bon enfant, autrefois inimaginables entre les mêmes acteurs du fait de la quasi-vénération due au «maître», que la rencontre s’est déroulée.

Halidou Sawadogo, ancien élève de Centre A de Ouagadougou saluant Norbert Ouédraogo, son instituteur des années 1958

Ainsi, le vieux Norbert et ses anciens élèves, sans autre forme de protocole, se sont à cœur joie, rappelés certains de leurs vieux souvenirs. Après avoir trinqué à la longévité de leur «maître», chacun s’est lâché avec des anecdotes en lien avec l’instituteur ou en rapport avec leurs camarades de classe dont Frédéric Korsaga, plusieurs fois ministre et plusieurs fois ambassadeur; André-Moïse Nignan, ex-député et ancien cadre du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) parti de l’ancien président du Faso Blaise Compaoré; Alain Roger Coeffé, plusieurs fois ministre; l’ex-Bâtonnier du barreau de Ouagadougou, Me Arouna Sawadogo; l’ex-ministre des Mines, ancien président de la Chambre des Mines du Burkina et actuellement chef coutumier de Gourcy, Elie Justin Ouédraogo; sont des noms qui sont revenus dans les échanges entre le «maître» et ses anciens élèves.

Malgré leur absence d’autres anciens élèves étaient de tout cœur avec leur instituteur, a souligné André Moïse Traoré-Nignan, leur camarade qui n’a pas manqué de donner de leurs nouvelles en latitude à leur maître du primaire.

L’instituteur de la promotion 1958 de l’Ecole Primaire Publique (EPP) Centre A de Ouagadougou, Norbert Ouédraogo

Les élèves de la promotion de 1958 de l’EPP Centre A de Ouagadougou, après avoir honoré de la même façon le 15 mai dernier, Ernest Lengani, l’un des enseignants qui a aussi marqué leur parcours, ont dit être venus avec «le même plaisir», souhaiter également un bon anniversaire à Norbert Ouédraogo et lui dire merci pour ses enseignements et l’éducation qu’il leur a prodigués.

Dans son fauteuil, une joie non dissimulée, le vieux Norbert a déclaré être «très heureux» en recevant ses anciens élèves qui se «souviennent» toujours de lui. Cela représente «beaucoup de satisfaction et une fierté» indescriptibles pour lui, a-t-il poursuivi avant de remercier ses hôtes du jour. «Ça n’arrive pas à tout le monde d’avoir 95 ans», a-t-il fait observer, priant que ses anciens élèves aient aussi sa longévité pour que des gens à qui ils ont aussi rendu un service d’une façon ou d’une autre leur soient de même reconnaissants.

Une vue des anciens élèves de l’Ecole Primaire Publique (EPP) Centre A de Ouagadougou au domicile de leur enseignant Norbert Ouédraogo

«Je garde de bons souvenirs d’eux. Comme tous les élèves, ils étaient difficiles à corriger», a noté l’enseignant, le sourire aux lèvres, témoignant que ses élèves lui ont toujours été reconnaissants. Comme message, le vieux Norbert a dit «leur souhaiter une longue vie comme moi et que leurs enfants se souviennent de leur maître et ainsi de suite».

Frédéric Assomption Korsaga (micro)

Pour Frédéric Assomption Korsaga, c’est une action collective car «on s’est dit qu’il va falloir qu’on rende visite à nos enseignants. On a échangé ensemble et on a décidé de mettre en œuvre notre idée. Nous avons beaucoup d’enseignants mais ce sont ces deux-là (Ernest Lengani et Norbert Ouédraogo) qui nous ont marqués et nous les avons retenus pour faire ce pèlerinage à la source pour dire que grâce à eux, nous sommes ce que nous sommes aujourd’hui».

Pour lui, M. Lengani et M. Ouédraogo sont des instituteurs qui ont permis à des élèves de servir leur pays à tous les postes. «Nous sommes reconnaissants à cet enseignant qui a passé toute sa vie à éduquer des enfants qui ont pu après servir leur pays. C’est pourquoi chaque année, nous nous souvenons de lui et à travers lui, tous les enseignants du Burkina qui par leur dévouement ont permis à la jeunesse burkinabè d’être au-devant de la scène aujourd’hui».

André Moïse Traoré-Nignan

«Quand on vient les (instituteurs) voir, c’est un sentiment de satisfaction et mieux de réussite parce que sans eux, nous n’allions pas être ce que nous sommes et occuper des postes aussi importants du pays», a continué Frédéric Assomption Korsaga qui a rappelé que et ses camarades ont été «tous cadres supérieurs» du Burkina Faso. «Il y en a qui ont occupé de hautes fonctions de la République. C’est aussi l’occasion pour nous de donner un message à la jeunesse de considérer leurs enseignants comme ceux-là qui leur permettent d’avoir un avenir, donc ils doivent un profond respect à tous les enseignants. Et c’est ce message que nous voulons adresser à nos enfants et petits-enfants», a signifié M. Korsaga.

Selon Alain Roger Coeffé, Norbert Ouédraogo «était un enseignant un peu volubile, toujours disponible qui (les) a bien encadrés, qui (leur) a appris des rudiments de la vie. C’est un monsieur à qui nous-mêmes aurions voulu ressembler», a-t-il résumé.

Alain Roger Coeffé

Me Harouna Sawadogo, avocat, ex- Bâtonnier du barreau de Ouagadougou; Claude Harriste, ingénieur en agronomie qui s’est investi dans la production des fruits et légumes; Bakary Traoré, ex-cadre de la SN SOSUCO (Nouvelle société sucrière de la Comoé); Joseph Zongo, un des premiers cadres du ministère de l’Environnement, ancien ministre des Eaux et Forêt, Seydou Nacro, ex-directeur à l’ASECNA (Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar) et Elie Justin Ouédraogo, Naba de Gourcy, ex-ministre des Mines, ex-président de la Chambres des Mines, étaient, entre autres, les anciens élèves absents du jour pour diverses raisons.

En rappel, étaient présents, le commissaire à la retraite Louis Kafando; Tanga Guissou, secrétaire d’Etat au ministère de l’Elevage; Yala Koné qui a évolué dans les BTP avant de finir à la SOSUCO; Alain Roger Coeffé, ancien ministre du Commerce, ancien ministre des Transports et aussi du département ministériel de la Télécommunication; Frédéric Korsaga plusieurs fois ministres et ambassadeur; André Moïse Traoré-Nignan, ex-cadre de la banque et homme politique et Halidou Sawadogo, ex-directeur de l’exécution financière de la direction générale de la coopération (DG COOP).

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire