Accueil Brèves Procès attaque prison militaire burkinabè: « C’est une parodie de justice », selon l’avocat...

Procès attaque prison militaire burkinabè: « C’est une parodie de justice », selon l’avocat Ollo Larousse Hien

108
0
SHARE
Façade du bâtiment de la justice militaire à Ouagadougou

« Je suis irrité parce que cette décision contient les germes de sa propre destruction et je crois que cette décision ne va pas résister en un pourvoi. C’est une décision qui pour ma part sera purement et simplement cassée par la chambre criminelle de la Cour de cassation. Ce qui est arrivé vient confirmer un certain nombre de questions que nous nous sommes posées.

Quel est l’objectif recherché ? On a voulu courte que courte condamner nos clients. Depuis 16 jours que ça dure. Qu’est-ce qu’ils ont retenu comme élément factuel pour pouvoir entraîner la condamnation de nos clients ? il n’y en a pas.

Vous avez aussi entendu dire qu’on confisque le sellé. On nous a présenté plusieurs sacs. On nous a sorti des kalachnikovs, des grenades, des munitions, des couteaux baïonnettes dans certains sacs, ça veut dire que ce n’étaient pas des sellés. Et si ce n’étaient pas des sellés qui les a manipulés pour qu’on vienne nous dire confiscation du sellé ? Ça veut dire un seul sellé. Ça veut dire qu’il y a beaucoup, beaucoup de choses  dans cette décision. Et moi j’estime qu’on nous a communiqué en lieu et place d’une décision tout un imbroglio juridique.

En ce qui concerne mon client (Bapandi Ouoba), j’ai déjà discuté avec lui et nous allons faire un pourvoi en cassation. Ça, il n’y a pas à douter. C’est clair parce qu’en tant que avocat je ne peux pas rester inactif face à une telle décision. Je le répète ça m’a beaucoup irrité. Même quand on veut condamner il faut y mettre la forme. Mais ce qui s’est passé, je l’avais dit à l’ouverture de ce procès que notre droit recule et je le répète, cette décision vient confirmer. Nous n’allons pas consolider notre état de droit avec de telles décisions et nous estimons que la Cour de cassation va casser ce procès.

Nous n’avons pas l’impression de prêcher dans le vide. Nous n’avons pas prêché dans le vide (au cours de ce procès). Le peuple n’est pas dupe. Nous avons beaucoup apprécié le travail que vous avez fait vous journaliste. Le peuple burkinabè a compris tous les arguments que les avocats ont développés. Nous avons mis tout ce que nous savons, toutes nos compétences, toutes nos connaissances pour défendre nos clients. Vous avez constaté que c’est parce que justement le tribunal était mal à l’aise qu’il a requalifié les faits. Ça veut dire que les avocats ont fait un bon travail. L’objectif qu’ils recherche ils ne l’auront pas parce que le peuple va comprendre que c’est une parodie de justice. Et ça c’est déjà bon pour nous. »

Propos recueillis par Mohamed ZOUNGRANA

Laisser un commentaire