Accueil A la une Sécurisation du Burkina: 231 officiers et commissaires de police «prêts»

Sécurisation du Burkina: 231 officiers et commissaires de police «prêts»

604
0

Deux cent trente et un officiers et commissaires de police, disent être «prêts», «intellectuellement et physiquement» pour apporter leur contribution à la sécurisation du Burkina Faso confronté à plusieurs défis sécuritaires, après deux ans de formation à l’Académie de police sise à Pabré, dans la région du Centre.

Ils sont 31 commissaires et 200 officiers de police, dont six femmes et un Tchadien ayant réussi leur formation de deux années durant à l’Académie de police et qui sont «prêts» à livrer bataille contre l’insécurité au pays des «Hommes intègres».

«Nous demandons à ces jeunes de faire preuve de probité, de loyauté vis-à-vis de l’Etat et de défense des citoyens», a dit le président Roch Marc Christian Kaboré qui leur a souhaité une «belle carrière» et les a exhorté à travailler à respecter leurs engagements. «Le Burkina Faso (…) attend beaucoup de leur contribution à la sécurisation des citoyens», a-t-il poursuivi.

Le directeur de l’Académie de police, Edmond Tapsoba

Le directeur de l’Académie de police, le commissaire principal Edmond Tapsoba, qui ne se doute pas de la compétence «intellectuelle et physique» de ces futures cadres qui ont «appris et renforcé l’esprit d’équipe, de corps et de cohésion», les a invité à avoir comme boussole la loi et le savoir, le savoir-faire et le savoir être leurs outils de combat.

«Faites preuve en tout temps : de compétence, de disponibilité, de courtoisie, de promptitude, de vivacité, d’opiniâtreté, de recherche constant de l’excellence et de performance où management et leadership se conjuguent au quotidien», les a conseillé le commissaire principal Tapsoba.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Ousséni Compaoré

«En tant que chef, vous êtes appelés à commander des hommes. Et commander c’est prévoir ! Commander c’est aussi décider et assumer. Et la décision doit être juste», selon le ministre en charge de la Sécurité intérieure, Ousséni Compaoré qui les invite à «ne pas être des chefs éloignés des hommes».

Le ministre en charge du Commerce, Arouna Kaboré

Quant au parrain, le ministre en charge du Commerce, Arouna Kaboré, il a exhorté à ces élèves sortant à cultiver «la discipline, la ponctualité, la rigueur et l’humilité» dans leur carrière. Il les a également invité à avoir «l’esprit d’entreprise et l’audace de rester courageux et déterminé.

Pour le délégué général de la promotion qui a comme nom de baptême «résilience», Daouda Go Traoré, les deux années de formation physique, psychologique et intellectuelle intense, ponctuées de stages pratique a été «laborieux».

Défilé

«Nous savons bien que nous sommes attendus par nos collègues pour apporter un nouvel élan dans la lutte à travers nos connaissances acquises», a affirmé le délégué des élèves sortants, exprimant leur engagement à «avoir à l’esprit, une fois sur le terrain, les préoccupations liées au thème» de leur cérémonie de sortie de promotion : «Forces publiques de sécurité face à la prévention et la gestion des conflits communautaires dans un contexte de terrorisme».

Selon lui, leur promotion a «reçu une formation de qualité» qui les «place à la hauteur des défis». Il a regretté la perte d’un des leurs qui n’a pas survécu après un accident de circulation.

photo de famille

Ouvert en 2015, le corps enseignant de l’Académie de police est essentiellement composé de policiers en activité ou à la retraite, de magistrats, d’enseignants d’université, de militaires qui assurent les enseignements dans différentes matières regroupées en sept modules et par cycle.

En 2018 l’académie a renforcé les rangs des agents sur le terrain de la sécurisation, avec 35 commissaires et 209 officiers de police. 

Par Daouda ZONGO  

Laisser un commentaire