Accueil A la une Vaccin Astra Zeneca-Oxford: des Burkinabè se prononcent

Vaccin Astra Zeneca-Oxford: des Burkinabè se prononcent

9 mars 2020. C’est la date à laquelle, officiellement, les premiers cas de coronavirus ont été détectés au Burkina Faso. Un pasteur et sa conjointe, revenant de la France, ont été testés positifs. Les autorités du pays se sont vite vues submergées par cette pandémie qui a fait son apparition en Chine à Wuhan en décembre 2019, pour y faire face, se sont vu vite submergées par la situation. Plusieurs mesures ont été prises au nombre desquelles, la fermeture des commerces qui a impacté négativement l’économie nationale et le couvre-feu, dont pour le non respect, des citoyens furent punis par les Forces de l’ordre. Aujourd’hui des vaccins sont commercialisés contre la Covid-19, parmi lesquels l’Astra Zeneca, que le pays des Hommes Intègres compte administrer à des personnes, qui le voudraient bien, car la vaccination sera volontaire. A la date du 5 mai 2021, il est dénombré, dans le monde, plus de 153 504 877 de cas de coronavirus confirmés, pour plus de trois millions de décès.

Lymphadénopathie, céphalées, nausées, douleurs, sensibilités, fatigues, malaises, état fiévreux, frissons, vomissements, diarrhées, fièvres, baisse des plaquettes sanguines, diminution de l’appétit, vertiges, somnolences, hyperhidrose, éruptions cutanées. Voici quelques effets indésirables du vaccin Covid-19 Astra Zeneca qui ont été observés en Europe. Le vaccin que le Burkina Faso compte introduire sur son sol, à travers l’initiative Covax, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus qui a fait beaucoup de morts dans plusieurs pays, surtout en Europe et en Amérique.

Selon les données, ce vaccin Astra Zeneca-Oxford autorisé le 29 janvier 2021 par l’Agence européenne du médicament et administré en France depuis le 6 février 2021, présente plus d’avantages que des inconvénients.

Lire aussi: VIDEO-Coronavirus : le ministre de la Santé parle du vaccin à introduire au Burkina

Sur ce vaccin et bien d’autres mis au point pour lutter contre la Covid-19, des voix se sont élevées pour les décrier, remettant en cause leur efficacité. «Si nous évoluons dans une grande méfiance, on risque de ne même plus utiliser un seul médicament pour se soigner», a fait savoir le ministre burkinabè en charge de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, précisant qu’il ne dit pas que les différentes polémiques ne sont pas justifiées. « Quand on amène nos enfants à la vaccination, le soir il arrive que l’enfant soit hospitalisé, mais on ne remet pas en cause cette vaccination. Ça ne veut pas dire que le vaccin n’est pas bon », a-t-il souligné le samedi 17 avril 2021.

Au Burkina Faso, où on dénombre 13 345 cas détectés dont 161 décès à la date du 4 mai 2021, les avis sont mitigés sur l’introduction du vaccin contre le coronavirus.

Marc Kientega, étudiant en 1re année en Science de la Vie et de la Terre (SVT), à l’Université Joseph Ki Zerbo a exprimé, face à une équipe de Wakat Séra, son opposition à l’introduction du vaccin contre le coronavirus au Burkina Faso. Il justifie sa position par l’existence d’effets secondaires des vaccins contre la Covid-19, constatés dans des pays qui ont déjà lancé la campagne de vaccination.

« A mon niveau, je ne souhaite même pas qu’un proche reçoive un vaccin sur lequel il y a trop de polémiques », confie-t-il. « Mais quand ils vont venir avec un autre vaccin qui est à 100% sans effet secondaire, on verra si on se fera vacciner », conclut-il.

Des avis des citoyens en VIDEO

En France, du 6 février 2021 au 22 avril 2021, ce sont 12 439 cas d’effets indésirables qui ont été analysés par les Centres régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) rapporteurs (Amiens et Rouen).

Tout comme le Burkina Faso, au moins une dizaine de pays africains n’ont pas encore lancé la campagne de vaccination contre le coronavirus sur leur sol. Il s’agit, entre autres, du Burundi, de l’Erythrée, de la Tanzanie, du Tchad, du Madagascar, de la Centrafrique. En Asie, il y a la Corée du Nord, Vanuatu, Samoa et Kiribati en Océanie et Haïti dans les Caraïbes.

Lire aussi: Vaccin contre le coronavirus: le Burkina «n’a pas eu une approche sous une quelconque pression»

Au Burkina Faso, plus d’un million de doses du vaccin Astra Zeneca sont attendues, à travers l’initiative Covax. Mais pour le moment, une enquête est en cours pour recueillir les préoccupations, la perception et les attentes des populations. Elle est menée par des enquêteurs du Bureau d’Appui en Santé Publique (BASP). Ce qui permettra aux autorités d’être mieux orientées dans leur prise de décision. La collecte des données débutée le 26 avril prendra fin le 7 mai 2021, selon une note de service, du secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Landaogo Soutongonoma Lionel Wilfrid Ouédraogo, adressée aux directeurs régionaux de la santé et responsables de structures.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire