Accueil Culture 11 Décembre à Gaoua: Des blagues pour accompagner les festivaliers

11 Décembre à Gaoua: Des blagues pour accompagner les festivaliers

811
0
Martin Gninassé, auteur de l'oeuvre Les Blagues du Onze Décembre

L’écrivain Martin Gninassé, né en 1977 à Yasso dans la région de la Boucle du Mouhoun, a souhaité apporter sa pierre au rayonnement du 57ème anniversaire de l’accession du Burkina à la souveraineté nationale qui se tient à Gaoua (Sud-Ouest). Pour sa part, il a mis à la disposition des festivaliers 57 blagues pour leur divertissement et apporter un plus dans la cohésion sociale.

« Les Blagues du Onze Décembre », c’est le titre de l’ouvrage de M. Gninassé, enseignant de formation et exerçant dans ce métier depuis 1996. Il s’agit d’un ouvrage qui a été spécialement écrit pour la fête de l’indépendance à Gaoua.

« Pour nous les blagues peuvent servir comme un outil pédagogique surtout entre formateurs et apprenants », a-t-il confié, notant que cet ouvrage permettra à ceux qui « veulent souvent raconter des blagues mais qui se trouvent bloquer parce qu’ils n’ont pas les mots justes de pouvoir le faire aisément pour détendre l’atmosphère ».

« Nous avons pensé qu’à l’occasion des fêtes de l’indépendance cet écrit pourrait permettre à ceux qui ont participé à la fête de se distraire étant assis dans un maquis, en déplacement, au retour d’un voyage ou en partance d’un voyage », selon l’auteur.

L’oeuvre de Martin Gnanissé

Pour le géniteur de l’ouvrage « Les Blagues du Onze Décembre », il s’agit d’un document qu’on pourrait lire pour « se souvenir de cette 57ème anniversaire de l’indépendance qui s’est passé à Gaoua ».

« Dans l’œuvre vous aller trouver des blagues, des histoires qui attaquent un peu les différentes ethnies qui vivent au Burkina Faso. Nous avons commencé par les Dagara, les Lobi, les Mossé, les Samo, les Peulh et les Dafi », a indiqué l’écrivain Martin Gninassé.

Ce recueil de 57 blagues a été écrit dans « la perspective de chasser l’ennui ». Il est également « un outil pédagogique qui renforce la parenté à plaisanterie », selon M. Gninassé.

« Quand on raconte une histoire cela peut porter sur une ethnie donnée. Et dès qu’on dit blague, même si ce qu’on dit fait mal, cela ne cause pas de problème, au contraire, d’une façon ça crée la cohésion sociale au sein des groupes ».

Martin Gninassé a fait ses premiers pas dans la littérature en 2012 avec un recueil de 20 poèmes dont le titre est : « Regard d’enfant ». En 2014 il met à la disposition des lecteurs la première édition de l’œuvre « Les Blagues du Onze Décembre ».

Daouda ZONGO

Laisser un commentaire