Accueil A la une 28e FESPACO: ça sera du 25 février au 4 mars 2023

28e FESPACO: ça sera du 25 février au 4 mars 2023

A gauche le délégué général du Fespaco, Alex Moussa Sawadogo, suivi de la ministre burkinabè de la Culture, Valérie Kaboré et Abi Ouattara, la modératrice de la rencontre

Le ministre burkinabè de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Valérie Kaboré et le délégué général du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), Alex Moussa Sawadogo, ont rassuré le mardi 19 juillet 2022, que la 28e édition se tiendra du 25 février au 4 mars 2023, comme annoncé, sous le thème: «Cinémas d’Afrique et culture de la paix», lors d’une conférence de presse.

La 28e édition du Fespaco aura lieu du 25 février au 4 mars 2023 pour «symboliser» la résilience et le combat des populations burkinabè face aux difficultés, notamment les attaques armées auxquelles elles font face, selon les conférenciers qui annoncent que trois panels seront organisés autour du thème principal.

«Nos cinématographies façonnent les attitudes, les comportements et les opinions. Elles influencent nécessairement par leurs messages. Et la magie de leurs images agit sur nos valeurs et nos comportements », a affirmé la ministre en charge de la Culture, Valérie Kaboré.

La ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Valérie Kaboré

Le pays des « Hommes intègres » traverse certes des moments difficiles avec les situations sécuritaires, sanitaires et socio-économiques mais « je puis vous assurer que le Burkina Faso mettra tout en œuvre pour offrir une fois de plus aux professionnels du cinéma ainsi qu’aux cinéphiles, cet espace de rencontres et d’échanges », a affirmé la ministre de Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Valérie Kaboré, soulignant que le Burkina « a le potentiel nécessaire pour faire de cette édition un succès».

Pour Valérie Kaboré, la 28e édition sera aussi « un symbole de résilience et de combat comme l’ont souhaité les fondateurs du Fespaco» dont l’organisation de la dernière édition a été beaucoup appréciée positivement vu la qualité des films présentés et des prestations scéniques très relevées à l’ouverture comme à la clôture.

Réalisatrice et productrice de plusieurs œuvres cinématographiques, Valérie Kaboré, a invité les cinéastes à produire des œuvres qui seront à même d’influer sur les politiques et l’état d’esprit pour l’édification d’une Afrique plus forte et plus solidaire. « Une thématique importante, car nous savons que nos cinématographies façonnent les attitudes, les comportements et les opinions. Elles influent nécessairement par leurs messages et leurs images », a-t-elle soutenu.

Le délégué général du Fespaco, Alex Moussa Sawadogo, a précisé que la compétition officielle des films au Fespaco est répartie en huit catégories à savoir le long-métrage, le documentaire long métrage, le Fespaco shorts, les films d’animations, les films des écoles, Fespaco séries, les perspectives et Burkina, des productions exclusivement réservées pour les productions du pays.

Le délégué général du FESPACO, Moussa Alex Sawadogo

Alex Moussa Sawadogo a annoncé plusieurs innovations pour la 28e édition dont la création d’un site internet dédié uniquement à la cinémathèque et des programmes pour enfants.

Le comité de sélection de la 28e édition est composé de huit membres, des propos de Alex Moussa Sawadogo, précisant qu’ils sont tous originaires du continent africain dont quatre hommes et quatre femmes. Et dans ce comité, l’on note la présence de deux Burkinabè à savoir Claire Dao et Désiré Yaméogo.

Le thème de la 28e édition est « l’expression de la résilience face à l’adversité » que subit le pays, a indiqué le Pr Justin Ouoro, membre du comité d’organisation, invitant les professionnels du septième art à réfléchir sur la problématique de l’utilité sociale des productions cinématographiques dans un contexte de violence.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire