Accueil Société Burkina: la commission constitutionnelle dénonce des interventions en faveur de l’homosexualité

Burkina: la commission constitutionnelle dénonce des interventions en faveur de l’homosexualité

Le président de la Commission constitutionnelle Me Halidou Ouédraogo a indiqué ce mercredi 27 décembre 2017 face à la presse à Ouagadougou que la question de l’homosexualité qui divise les Burkinabè «a été discutée» au sein de son comité fort de 92 membres appuyé par 8 experts. Il a confié que son équipe a même subi de la pression venant de l’extérieur face à cette préoccupation.

Le problème de l’homosexualité qui alimente les débats dans les lieux de services, marchés, Quartier général (QG de thé) et autres gargotes « a été discuté au sein de la Commission », a déclaré Me Halidou Ouédraogo.

« Il y a eu des interventions extérieures mais nous n’avons pas été dupes. Nous avons tout simplement dit que ce n’est pas la préoccupation majeure de notre peuple », a-t-il avoué, affirmant qu’au du Burkina Faso, le mariage est une union « entre deux sexes différents. Nous avons précisé que c’est une union entre un homme et une femme ».

A en croire le président de la Commission constitutionnelle, le point sur la minorité sexuelle a été « consensuellement été adopté comme ça ». Il a rappelé que la question du mariage qui n’a pas connu de changements « est contenue dans le Code de personne et de la famille ».

Le budget de l’élaboration de la nouvelle constitution évalué à plus de 413 millions francs CFA a été financé par l’Union européenne à hauteur de plus de 42 millions et par l’ONG britannique WaterAid à plus de 14 millions FCFA, selon la Commission.

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire