Accueil A la une Burkina : « la Covid-19 est bien réelle et elle tue » (Premier ministre Dabiré)

Burkina : « la Covid-19 est bien réelle et elle tue » (Premier ministre Dabiré)

335
0

Depuis un certain temps, il y a un relâchement au niveau du respect des gestes barrières à la propagation de la pandémie du coronavirus au Burkina par les populations parmi lesquelles certaines ne croient pas à l’existence de cette maladie. Lors d’un forum tenu, ce mardi 22 septembre 2020 à Ouagadougou, et qui vise à remobiliser les uns et les autres en vue d’intensifier la riposte, le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré a soutenu que « la Covid-19 est bien réelle et elle tue », invitant tout un chacun à prendre « la mesure des dommages engendrés par le coronavirus dans (le) pays pour ne pas lui offrir ce que le terrorisme n’a pas pu obtenir ».   

Le Comité National de gestion de la crise de la pandémie de Covid-19 (CNGCP-COVID-19) a organisé un forum, ce mardi 22 septembre 2020 à Ouagadougou, sous le thème : « Remobiliser la Nation entière pour intensifier la riposte face à la Covid-19 et apprendre à vivre avec ».

Ce forum qui a réuni, entre autres, des autorités administratives, religieuses et coutumières, des syndicats, des politiques dans la salle de conférence de Ouaga 2000, était « utile », selon le Premier ministre Christophe Dabiré pour qui « la Covid-19 est toujours là, bien réelle (et) elle tue ».

Des gouverneurs à la rencontre

« Tout le monde est témoin des ravages provoqués par la première vague de cette pandémie. Nous devons donc avoir tous conscience qu’un rebond peut apporter un coup dur à notre pays avec un impact désastreux », a affirmé le Premier ministre Dabiré. « Le gouvernement attend de chaque citoyen, qu’il prenne la mesure des dommages engendrés par le coronavirus dans notre pays pour ne pas lui offrir ce que le terrorisme n’a pas pu obtenir », a-t-il poursuivi.  

C’est un forum qui a été décidé à la suite d’un séminaire gouvernemental sur le plan national de riposte contre le coronavirus. « Elle a pour objectif de mobiliser autour du gouvernement et autour du document de base (le plan de riposte) toutes les forces vives de la Nation ». Ainsi le gouvernement a souhaité « partager avec elles le contenu du document. Leur montrer que depuis le déclenchement de cette pandémie dans notre pays, il y a un travail qui a été fait, d’abord sous l’angle de l’épidémie ensuite sous l’angle de la pandémie », a signifié le chef de gouvernement.

Des chefs coutumiers présents au forum

« La pandémie a eu des effets pervers sur tous les secteurs de notre pays et de ce point de vue, il faut que l’on ait une réponse globale à cette pandémie pour faire reculer les effets pervers », a-t-il dit, saluant les participants pour leur présence à cette rencontre.

Au cours du forum il y a eu un partage d’informations sur le travail qui est fait au niveau du gouvernement et les résultats obtenus. Il a été présenté le comité national de gestion de la crise de la pandémie et le plan de réponse à la crise engendrée par la Covid-19.

Le colonel-major Naba Théodore Palé, secrétaire général de la défense nationale

Selon le chef du gouvernement burkinabè, « le plan national de réponse à la crise se fonde, entre autres, sur la mobilisation communautaire pour réussir à juguler l’épidémie et à amoindrir ses effets pervers sur le plan socio-économique » d’où cette rencontre pour solliciter l’engagement de tous, appuyant ainsi les propos du secrétaire général de la défense nationale, le colonel-major Naba Théodore Palé, qui a soutenu que « la feuille de route du comité national de gestion de la crise de la pandémie a identifié six axes prioritaires dont un basé sur la large adhésion des individus, des familles et les communautés aux différentes mesures prises ou à prendre pour freiner la propagation de la pandémie ». 

« Face à la tempête Covid-19, il nous faut construire une nation solide grâce au 20 millions de paire de bras des Burkinabè », a fait savoir le colonel-major Palé.

« C’était une rencontre utile parce que ça permis de déterminer les trois points fondamentaux sur lesquels il parait urgent de mettre l’accent dans le travail de riposte que nous sommes en train de mener. D’abord il faut faire en sorte que la gestion de la pandémie puisse, au niveau sanitaire, être intégrée dans le système sanitaire sous forme de dévolution. Ça veut dire que ça devient en quelque sorte une maladie qui est à prendre en charge par les différentes formations sanitaires et le ministère de la Santé à montrer qu’il y a des dispositions qui ont été prises pour qu’il en soit ainsi, en renforçant la base de notre système sanitaire. De plus en plus avec les équipements qui sont mis en place, avec les formations qui sont menées, nous allons avoir un système de santé qui va être renforcé et être capable de gérer les conséquences de la pandémie au niveau sanitaire. Il est important (également) de renforcer le système de contrôle et améliorer la prise en charge des malades. Nous pensons que nous devrons y arriver avec la mobilisation de l’ensemble de la communauté. (Aussi), nous avons dit qu’il faut travailler à assurer un meilleur contrôle de développement de la maladie à travers des actions qui seront menées pour éviter que la transmission communautaire ne soit à la base de la reprise de la maladie au niveau de notre pays ». (Christophe Dabiré, Premier ministre burkinabè)

Au cours de cette rencontre qui a été saluée par les uns et les autres, les participants ont tous été unanimes que chacun doit s’impliquer dans cette lutte contre le coronavirus. Les leaders communautaires présents à ce forum ont souhaité que des moyens soient mis à leur disposition afin qu’ils puissent plus s’impliquer dans la sensibilisation.  

Des partenaires techniques et financiers

Le Premier ministre a promis de faire en sorte que « les défis puissent trouver des réponses à travers les actions » qui seront entreprises « pour renforcer la gestion des plans régionaux en faisant en sorte que les ressources descendent jusqu’aux gouvernorats de manière à ce qu’ils puissent organiser, dans le cadre de leur proximité avec les réalités, cette lutte avec les populations dans leurs régions ».

A la date du 19 septembre 2020, on note au Burkina Faso, 1 896 personnes atteintes du coronavirus dont 651 cas actifs 56 décès et 1 189 personnes guéries. Parmi les personnes atteintes, le Burkina a enregistré 118 agents de santé infectés, selon un bilan fait par Dr Brice Bicaba, coordonnateur sectoriel santé de la riposte à l’épidémie de coronavirus.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire