Accueil A la une Burkina: le Gouvernement condamne les audios sapant « les fondements » du...

Burkina: le Gouvernement condamne les audios sapant « les fondements » du vivre-ensemble

Le porte-parole du gouvernement burkinabè, Lionel Bilgo

Le Gouvernement burkinabè, dans un communiqué diffusé le vendredi 17 juin 2022, « condamne fermement les déclarations contenues dans (des) audios qui visent à saper les fondements » du vivre-ensemble et de la cohésion entre les populations.

Selon le communiqué signé par le porte-parole du Gouvernement, «des discours de haine d’une violence inouïe circulent actuellement dans des audios sur les réseaux sociaux ». « Dans des propos qui choquent profondément la conscience humaine et nationale, des individus font l’apologie d’un ethnicisme éculé et appellent au meurtre collectif de certains de nos compatriotes », a fait savoir M. Bilgo.

«Le Gouvernement condamne fermement les déclarations contenues dans ces audios qui visent à saper les fondements de notre vivre-ensemble. Il se donne tous les moyens de rechercher et retrouver les auteurs de ces propos incendiaires afin qu’ils répondent de leurs actes », a déclaré son porte-parole.

Le Gouvernement rassure « toutes les composantes de notre Nation qu’aucun citoyen Burkinabè ne sera discriminé sur la base de son appartenance ethnique, communautaire, religieuse, raciale ou de ses opinions politiques ».

L’Exécutif réaffirme son « attachement aux valeurs de fraternité, de solidarité et de coexistence pacifique qui ont toujours caractérisé notre peuple ».

Le Gouvernement invite l’ensemble des Burkinabè « à ne pas faire écho aux chants des sirènes de la haine et de la division et à se démarquer des idées obscures véhiculées dans lesdits audios pour un Burkina de paix et de cohésion fraternelle entre toutes les filles et tous les fils de notre nation ».

« Je demande à tous ceux qui pensent ou véhiculent dans des audios, des messages de haine et d’incitation à la violence ethnique d’arrêter cette dérive suicidaire. Il ne faut pas allumer un feu que l’on ne peut éteindre : les conflits ethniques », avaient déjà écrit l’ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry sur sa page Facebook.

Pour lui, « notre ennemi commun reste le terrorisme qui s’attaque à notre vivre ensemble légendaire. Il n’a qu’un visage : celui de la cruauté et la terreur et c’est ce mal qui doit être attaqué frontalement dans ses racines profondes ».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire