Accueil A la une Burkina: des travailleurs dénoncent «la distribution abusive des passeports diplomatiques»

Burkina: des travailleurs dénoncent «la distribution abusive des passeports diplomatiques»

2173
0

Le Syndicat autonome des agents du ministère burkinabè des Affaires étrangères (SAMAE) a, face à la presse, ce mercredi 12 février 2020 à Ouagadougou, crié «haro sur le bradage de la diplomatie» burkinabè par les premiers responsables en charge du ministère des Affaires étrangères. Le SAMAE dénonce «la distribution abusive des passeports diplomatiques et de service à des individus de tout acabit en violation des textes en vigueur».

Le syndicat du département de la diplomatie burkinabè est mécontent de la gestion de leur ministère par leurs dirigeants. Il dit avoir constaté de «graves contradictions entre déclarations et actes du gouvernement». C’est pourquoi les militants du SAMAE par cette sortie médiatique, vise à dénoncer des dérives qui mettent en mal le fonctionnement du ministère des Affaires étrangères qui serait le lieu, par essence, ciblé pour les postes de récompenses des autorités.

Si certains Etats dits puissants comptent aujourd’hui parmi les grandes nations, quoique économiquement moins nantis que d’autres, leur vaste réseau diplomatique y contribue énormément, à en croire les conférenciers qui dénoncent avec «la plus grande fermeté les agissements irresponsables et anachroniques du ministre Alpha Barry qui, au-delà de quatre années de fonction a su briller par son amateurisme et son incompétence dans la gestion de l’appareil diplomatique du Burkina Faso».

Les conférenciers jugent «indispensables» des rajustements objectifs et nécessaires au sein des effectifs des représentations  du Burkina en les délestant de «pléthore d’agents facultatifs et dont la présence en ces lieux ne peut trouver autre explication que l’expression d’une conception scabreuse des ambassades et consulats généraux, considérés comme des postes de récompense».

Le SAMAE déplore le fait que malgré ses multiples appels pour l’amélioration de cette situation, «il fait face à un mépris déconcertant de la part des autorités du ministère qui ne se gênent pas de procéder à des nominations opaques». C’est dans ce sens que les conférenciers se sont «indignés de la mise à disposition du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération  de 30 fonctionnaires de police, soit disant destinés à la sécurisation des locaux du département».

Pour eux, toujours sur ces affections, «il ne fait aucun doute qu’il s’agit là ni plus ni moins que d’une manœuvre visant à affecter dans les Ambassades et Consulats généraux des agents dont la présence ne répond à aucune nécessité, encore moins aux termes du décret portant organisation type des Missions diplomatiques et consulaires». Ces 30 policiers ne seraient qu’une première vague qui doit conduire à l’affection d’une centaine de policiers dans les représentations diplomatiques et consulaires, ont poursuivi nos interlocuteurs qui ont fait remarquer que la «sécurisation des représentations diplomatiques et consulaires incombe à l’Etat accréditaire».   

Le syndicat condamne «l’infantilisation des diplomates burkinabè ainsi que le mépris sans pareil de leur métier par leurs autorités de tutelle, les nominations fantaisistes dans les représentations diplomatiques et consulaires orchestrées par le ministre Alpha Barry et ses partisans», entre autres.

Il appelle le président Roch Kaboré à accorder à leur corps «toute l’attention qui sied» et exigé «l’arrêt sans condition de ces mises à disposition sauvages  et injustifiées, le rappel des policiers et du personnel non essentiel affectés dans les  Missions Diplomatiques et Consulaires (MDC)».

En somme le SAMAE exige la tenue sans délai des états généraux de la diplomatie burkinabè. Il a invité l’ensemble des diplomates en poste comme à la centrale à se tenir à répondre aux prochains mots d’ordre.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire