Accueil A la une Burkina/viol de petites filles: la gendarmerie appelle à la vigilance

Burkina/viol de petites filles: la gendarmerie appelle à la vigilance

La Gendarmerie nationale note de plus en plus de cas d’agressions sexuelles sur des mineurs. Elle a invoqué sur sa page Facebook, le viol de deux fillettes de 10 ans, toutes les deux sont des élèves en classe de CE2 et CM1 dans un quartier  de la ville de Ouagadougou. Elle invite les populations à signaler tout cas d’abus sexuel à la brigade de gendarmerie ou le poste de police le plus proche, ou en appelant sur les numéros d’urgence : 16, 17, 1010.

Selon des informations de la gendarmerie nationale, l’agresseur des deux fillettes est un homme ayant la trentaine révolue et vit en couple. L’homme dont la femme serait en province, profitait des moments d’absence de sa conjointe pour commettre son forfait.

A en croire les témoignages de la première victime, son bourreau l’a un jour interpellée de retour d’une boutique où sa mère l’avait envoyée. L’homme lui avait demandé de venir chercher une pince chez lui à la maison. C’est suite à cela qu’il a réussi à la traîner jusque dans sa chambre et a abusé d’elle. Après son forfait, il l’a menacée de n’en informer personne, même pas ses parents. Il l’avait ainsi contrainte de ne pas révéler ce qui était désormais un secret entre eux et poursuivait sa « sale » besogne.

Finalement, ce sont les parents qui, après avoir remarqué un changement de  comportement chez leur fille, l’ont obligée à dénoncer son agresseur. Un diagnostic d’un gynécologue a permis de confirmer le viol subi par la fillette. C’était en l’occurrence le deuxième cas de viol dont était responsable cet homme.

La gendarmerie informe que plusieurs cas de viol sont signalés dans ses brigades et la plus jeune victime est une fillette de trois ans. Elle confie également que des élèves sont fortement impliqués dans les cas d’abus sexuels avec comme mode opératoire la séquestration des victimes. Ces élèves vont ensuite les livrer à des adultes qui vont entretenir des rapports sexuels avec elles. Ces adultes, en contrepartie, donnent de l’argent aux élèves qu’ils répartissent entre eux. La Gendarmerie appelle les populations à la vigilance et les invite à signaler tout cas d’abus sexuel à la brigade de gendarmerie ou le poste de police le plus proche, ou en appelant sur les numéros d’urgence : 16, 17, 1010.

Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire