Accueil A la une Coronavirus au Burkina: la ruée vers la chloroquine!

Coronavirus au Burkina: la ruée vers la chloroquine!

1551
1
Chloroquine où es-tu? (Ph. rci.fm)

Comme la Géorgie des années 1830, la Californie de 1848, l’Australie de 1851, le Colorado de 1858, pour ne citer que ces Etats et villes qui ont connu la ruée vers l’or, depuis quelques jours et notamment hier 23 et aujourd’hui 24 mars, le Burkina Faso connaît sa «ruée vers la chloroquine». Le Covid-19, qui vient d’emporter l’immense artiste Manu Dibango, est passé par là. Dès les premiers soupçons sur la découverte de la chloroquine comme remède contre le virus à couronne qui a mis le monde sens dessus-dessous, le nouvel or des usines pharmaceutiques est devenu introuvable au Burkina. Les chercheurs d’or, en voiture, à moto ou à vélo, masques collés au nez, et armés de la volonté farouche de trouver le produit où il se cache, sont allés à l’assaut de toutes les pharmacies du pays, fouillant, même les petits dépôts pharmaceutiques des villages. Si ceux qui s’y sont pris tôt ont pu avoir, pas l’or mais d’autres médicaments dérivés, la chloroquine ayant été retirée des rayons et des prescriptions depuis bien longtemps, les autres, malgré leur détermination, sont retournés bredouilles à la maison, plus que jamais taraudés par les inquiétudes sur la menace du Covid-19 qui connaît une propagation rapide au Burkina. En effet, du 9 au 24 mars notre pays est passé de deux à 114 cas, pour sept guéris contre malheureusement quatre décès. Et la nouvelle de la confirmation par le professeur Didier Raoult, depuis Marseille en France, ne pouvait que bien tomber. Un vigile, de son poste de surveillance non loin du salon de coiffure où nous avons nos habitudes a même crié, euphorique, que «corona est mort, ils ont trouvé son médicament». Lui qui a l’habitude de se faire lui-même ses prescriptions et d’honorer ses ordonnances dans la rue, comme tout bon citoyen lambda qui tire le diable par la queue, ignore sans doute que l’auto-médication est dangereuse et que l’utilisation de la chloroquine rentre dans un protocole bien précis.

N’étant ni médecin, encore moins chercheur, donc ne possédant pas le bagage adéquat pour s’immiscer et prendre position dans la guéguerre des scientifiques et politiques pour les remèdes à homologuer d’abord, mais face à l’urgence sanitaire, nous ne pouvons que saluer à sa juste valeur, la trouvaille de Didier Raoult. C’est même loin d’être une découverte récente, et l’homme de science a d’ailleurs montré que ce médicament connu de tous, notamment des Africains qui en avait fait leur plus fidèle compagnon dans les attaques mortelles du paludisme, soigne 90% des cas de coronavirus dépistés de façon précoce. Question: qui est contre les prouesses du professeur Raoult? Plus que tout, on a l’impression que de gros intérêts, notamment commerciaux, loin des alternatives peu coûteuses qu’offre le bien connu comprimé sous les tropiques, sont menacés. Les grands laboratoires et la puissante industrie pharmaceutique n’ont que faire des milliers de malades qui tombent comme des mouches en Italie, en Espagne, ou en France, et bientôt sur le continent africain relativement épargné jusque là. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, dit, du reste, l’adage qui va comme un gant au grand lobby des fabricants et vendeurs des produits pharmaceutiques. Jusqu’où sont-ils capables de pousser encore le bouchon du cynisme et la recherche du gain éhonté sur le malheur de leurs semblables? Du reste, le silence sur les bienfaits de la chloroquine et sa catégorisation, depuis le 13 janvier 2020, selon certaines sources, au titre des «substances vénéneuses», donc disponible seulement sur ordonnance, alors qu’elle était en vente libre depuis 50 ans, sont des faits bien suspects, et même criminels s’ils s’avèrent.

En attendant que l’épisode de la ruée vers la chloroquine connaisse sa suite et, espérons-le sa fin, le Covid-19 lui continue sa course, mettant presqu’à l’arrêt le Burkina, et ses établissements scolaires, ses marchés qui sont de véritables baromètres de la vie économique et social en Afrique, ses gares et cars de transports, son aéroport. En tout cas, pour l’instant et comme ailleurs, le slogan est sans équivoque: «Restez chez vous» et respectons surtout les gestes barrières et les mots d’ordre de ceux qui nous dirigent, mais sont impuissants face au petit virus à couronne.

Par Wakat Séra

1 Commentaire

  1. -Wakat Sera, humm…! :

    -L’utilisation, surtout maladroite, de Hydroxychloroquine seule contre Covid-19 peut entraîner la mort assez rapidement. Nos compatriotes doivent garder leur calme, observer la prudence et suivre ce que l’OMS dit. Hydroxychloroquine doit être associée à au moins une autre molécule pour venir à bout du virus. Autrement,… c’est le « boulevard des Allongés » ; i.e., cimetière en langue de parigots.

    Ce n’est pas le Pr. Raould qui a trouvé la formule. Ce ne sont pas non plus les Chinois qui ont trouvé la formule. Les Chinois, sans nier leur efficacité et leur succès colossal, ont plus mis l’argent sur la table qu’analyser le contenu des éprouvettes en laboratoire. C’est sur la base du succès dudit traitement en Chine, que le Pr. français D. Raould, a effectivement traité efficacement une quarantaine de patients marseillais. C’est un brillant médecin, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Il crache la vérité à autrui. Mais ici, le brevet scientifique ne lui revient pas ; et encore moins à la ripou-blique française dont les autorités savaient très bien depuis décembre 2019 que Chloroquine combinée à au moins un autre produit pharmaceutique contenait le coronavirus.

    La ripou-blique française a voulu aussi piéger les Africains pour les laisser mourir en masse d’abord, et ensuite leur vendre super-cher, des médicaments (en partie « effet placebo ») plus tard. L’escroc derrière ce piège mortel s’appelle Levy. Encore un judéo-sioniste comme un certain ministre des affaires etr..g. au pays, aime bien. Il est dg d’une firme pharmaceutique qui a un monopole de la distribution en Afrique. Et c’est sa femme qui est l’ex-ministre française de la santé. Une belle brochette de gars dangereux. Elle a démissionné pour être maire de Paris. Mais, elle fait face à d’autres judéo-sionistes plus féroces, et ce n’est pas gagné. Elle vient d’être recasée comme prétendue bénévole dans une société où il y a beaucoup à manger et à boire cadeau, par le chef de la ripou-blique des copains.
    Tout semble indiquer qu’ils ont aussi raconté des mensonges aux Français depuis décembre 2019. Et que les Français sont également envoyés au casse-pipe, comme nous p’tits z’Africains. La Chine vient par exemple d’envoyer 1 million de masques médicaux, blouses, gants,… aux Français, qui n’en ont pas. Aucune chaîne de production n’a été effectivement réadaptée depuis décembre 2019 pour faire face au virus. /Qui a dit que gouverner c’est prévoir dans le but final de sauver des vies ?/

    -Il existe trois autres traitements plus promoteurs dans 3 autres pays. (Dans l’un d’eux, sur environ 480 contaminés, 1 seul est décédé à cause plutôt de son âge avancé combiné à d’autres complications.) Les Italiens, qui viennent de piquer des masques destinés à la Tunisie, en savent quelque chose. Les Italiens qui demandent l’aide partout, ne sont cependant pas les seuls à jouer à ce jeu : L’Allemagne pique les masques + gants destinés aux grecs ; et donne un peu à nos « ancêtres gaulois français ». Les Bulgares et les Autrichiens piquent du matériel destiné à l’Iran. Les Tchèques piquent du matos chinois destiné à l’Italie. Les Polonais interdisent aux Russes de survoler leur espace aérien pour aller sauver des vies humaines en Italie. Donald Trump qui sanctionne encore l’Iran en faisant aussi détourner du matos qui lui est destiné, lui propose paradoxalement l’aide américaine. Dans le même temps, ce même Trump demande l’aide au « Petit-Gros assis sur une bombinette atomique » son pire ennemi, contre Covid-19,… Bref.
    Compter sur l’Occident est une peine perdue. Ils sont incapables de faire face à cette pandémie, car ils ont quasiment tout privatisé comme société et industrie chez eux. Ils ont délocalisé toutes leurs forces vitales, contre l’argent. Ils vivent de rackettes, de guerres, de putschs, de sanctions,… Leurs systèmes de santé est KO-debout, une usine à brasser de l’argent pour les actionnaires inhumains. C’est ce que le mpp fait au BF, tout comme Ouattara en C-d’Ivoire et Macky Pas-Propre au Sénégal.

    -La Chine n’est pas le premier pays concerné et touché par Covid-19. Il est absolument faux de le dire, comme l’affirmait un certain expert en communication sur votre site il y a quelques jours. Elle est le 3 pays ; mais le 1er à avoir lancé l’alerte nationale voire mondiale. Compte tenu de la promiscuité, de la densité démographique et du mode de vie au quotidien de sa population en effet, le virus s’y est plutôt vite rependu.

    -La démarche mise en place par nos autorités est incomplète, sinon inadaptée. La Chine a les moyens, mais elle exigera quoi en retour ?
    Personnellement, je suis inquiet pour le futur proche au pays. Nos dirigeants ne maîtrisent pas cette nouvelle épreuve. Ils ne comprennent pas ce qui se passe sous leurs yeux. C’est un constat. C’est triste. Pourtant, ils disaient qu’ils ont de l’expérience. Têtes de pintades comme disent nos aïeux ?

Laisser un commentaire