Accueil Société Crise de la quarantaine : comment y faire face

Crise de la quarantaine : comment y faire face

1609
1

La crise de la quarantaine, voilà un phénomène dont on parle peu ou pas du tout, et pourtant elle est bien réelle et influence la vie. Jean Bosco Kaboré, conseiller conjugal et psychologue évoque cette étape naturelle de l’existence humaine pour les lecteurs de Wakat Séra.

Jean Bosco Kaboré définit la crise de la quarantaine comme une période de doute que ressentent certaines personnes à la moitié de leur vie. Il explique qu’il s’agit généralement d’une période de doute et de frustration provoquée par le fait d’entrer dans le monde des séniors. C’est un phénomène qui touche tout un chacun. « Quand on prend de l’âge, les dernières énergies de l’adolescence ressurgissent surtout de 38 à 58 ans pour certains et de 40 à 52 pour d’autres », précise le psychologue.

Selon ses explications, la crise de la quarantaine se manifeste par une remise en question de son existence, à tous les niveaux (physique, affectif, professionnel et parfois économique et social). Et, à en croire notre interlocuteur, les personnes concernées ont la sensation d’étouffer. « Elles ressentent une frustration, ont des pensées morbides et la sensation d’avoir fait ou de ne pas avoir fait certaines choses. Elle se manifeste différemment chez les hommes que chez les femmes », poursuit Jean Bosco Kaboré.

Comment identifier la crise de la quarantaine

Pour identifier la crise de la quarantaine chez l’homme, le conseiller conjugal suggère de faire attention « au désir de changer d’apparence, de style vestimentaire pour paraître plus jeune. L’homme vivant la crise adopte le comportement des jeunes avec une frénésie pour les voitures, une tendance pour les musiques prisées par les jeunes avec le désir de vivre une jeunesse perdue. Il vérifie s’il peut toujours plaire, s’il a la capacité de séduire et s’adonne à des achats complètement différents de ce qu’il a l’habitude de faire ».

Au niveau de la femme, la crise de la quarantaine se caractérise par l’apparition soudaine de colères, ajoute le spécialiste, expliquant qu’il nait une jalousie à l’égard des autres femmes plus jeunes, et le désir d’afficher un style nouveau, l’envie de changer de coiffure, le besoin d’être coquette… A cette étape, foi de M. Kaboré, la femme doute beaucoup de ses charmes et veut retrouver l’envie de séduire pour se rassurer, surtout si elle se sent délaissée.

Les facteurs déclencheurs

Même si tout un chacun passe par la crise de la quarantaine, le psychologue affirme que plusieurs facteurs favorisent sa survenue. Il cite, entre autres, la sensation d’être pris par le temps, le décès d’un proche, le départ des enfants qui prennent leur indépendance…

Pour la gestion de cette étape naturelle de la vie, « il faut considérer la crise comme une étape de bilan, une étape où l’énergie vient voir si vous êtes équilibré pour vous accompagner. Si vous êtes déséquilibré, il vous accompagne dans ce déséquilibre. C’est naturel, mais elle n’est pas négative si on arrive à la maitriser. Tout le monde passe par cette étape, mais chacun vit en fonction de son environnement, son état psychologique et spirituel », fait constater M. Kaboré qui estime qu’il faut « accepter la crise et se dire qu’il y a certaines choses qu’on peut faire à son âge et d’autres pas.  C’est le moment où l’homme se prépare moralement pour passer à l’étape de la sagesse, car la crise vient pour vérifier si on est prêt à recevoir son ticket pour la sagesse. Beaucoup peuvent atteindre 60 ans sans avoir leur ticket pour la sagesse parce qu’ils sont toujours sous l’influence de la crise de la quarantaine ».

Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire