Accueil A la une Désobéissance civile au Mali: le mot d’ordre peu suivi à Bamako

Désobéissance civile au Mali: le mot d’ordre peu suivi à Bamako

2987
0
Le Mali est en pleine zone de turbulences (Ph. illustration)

La désobéissance civile lancée au Mali hier lundi 3 août par le Mouvement du 5 juin/Rassemblement des Forces patriotiques (M5-RFP), a été peu suivie, selon des médias locaux.

Le M5-RFP qui a organisé plusieurs rassemblements pour demander le départ sans condition du président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK), a, à cet effet, convoqué d’urgence ce mardi 4 août une réunion pour essayer de donner toutes les chances de réussite à son mouvement.

Selon les médias, le rendez-vous manqué du premier jour de la désobéissance civile du M5-RFP s’explique par l’impressionnant dispositif sécuritaire constatable à Bamako, notamment, une forte présence des policiers dans les lieux stratégiques de la capitale malienne.

Aussi, nombreux sont les jeunes qui, partis faire la fête auprès de leurs parents à l’intérieur du Mali, ne sont pas encore de retour et enfin la pluie aurait mis fin à toutes les manifestations.

Comme autres explications, la majorité des maliens étant des commerçants, il serait difficile de leur demander de fermer leurs commerces leur permettant de tenir face à l’extrême pauvreté dans lequel végète le pays, en proie à des attaques terroristes depuis 2012.

La désobéissance civile intervient après l’échec de la médiation de la CEDEAO. Le M5-RFP avait décidé d’observer une trêve pour permettre aux Maliens de faire la fête de Tabaski en toute sérénité.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire