Accueil A la une Développement au Burkina: Augustin Loada plaide pour le modèle japonais

Développement au Burkina: Augustin Loada plaide pour le modèle japonais

1157
0

Le président du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS), le Proffesseur Augustin Loada, a animé une conférence publique, ce samedi 14 septembre 2019 à Ouagadougou, sur le modèle de développement du Japon, en vue d' »inspirer ses militants sur ce qu’il faudrait faire » pour l’émergence du Burkina « tout en conservant (la) culture » du pays.

C’est dans une salle pleine du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) que le premier responsable du MPS est allé à la rencontre du public, ce jour 14 septembre 2019, pour partager avec ses compatriotes, l’expérience du Japon en matière de développement.

Le MPS, dont la vision est de « Bâtir ensemble un Burkina meilleur », estime que pour y arriver, cela suppose d’avoir « des élites transformatrices, patriotiques, pétries de l’amour du pays et qui cherchent à tirer le pays vers le développement ». Et « l’expérience du Japon est inspirante », a soutenu le Pr Augustin Loada, ministre burkinabè sous la transition.

« C’est essentiel d’avoir des élites transformationnelles (et qui) puissent inspirer les populations », a affirmé M. Laoada.

Le Japon est « un pays qui était pratiquement au même niveau de sous développement que nous au milieu du 19è siècle, mais a pris conscience de son retard technologique et a réussi, en quelques années, à se hisser au même niveau de développement technologique que les pays occidentaux tout en gardant sa culture », a affirmé le président du MPS.

Dans son exposé, le Pr Augustin Loada a mis l’accent sur la nécessité de réforme de l’État de manière à ce que cet État devienne un État développementaliste avec un accent sur la formation, l’éducation et la méritocratie ».

« Si nous voulons nous développer, nous ne pouvons pas faire fi de nos valeurs. C’est important que ces valeurs soient enseignées dans le système éducatif formel mais aussi dans la formation permanente des travailleurs de manière à ce qu’ils comprennent que nous pouvons tirer de ces valeurs, l’énergie nécessaire pour tirer vers le développement », a fait signifié le Pr Loada.

Pour lui, depuis un demi-siècle, l’Afrique fait du tâtonnement, alors que la plupart des pays asiatiques, en quelques années, ont réussi à se développer. « Nous n’avons pas réussi à relever un certain nombre de défis, en particulier sur la question de la gouvernance », a conclu Augustin Loada.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire