Accueil Société Elections locales en Côte d’Ivoire: le FPI exige le report, Ouattara fixe...

Elections locales en Côte d’Ivoire: le FPI exige le report, Ouattara fixe la date de la campagne

144
0
Le président ivoirien, Alassane Ouattara (Ph. aa.com)

Les élections municipales et régionales en Côte d’Ivoire auront lieu, en principe, le 13 octobre 2018 nonobstant les menaces des faucons du Front populaire ivoirien (FPI), aile Abou Drahamane Sangaré.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, «s’en gnagne» comme on le dit à Abidjan, des menaces du Front Populaire ivoirien (FPI)-clan Abou Drahamane Sangaré qui  a exigé, ce mardi 11 septembre 2018, le report des élections locales. Comme s’il voulait montrer aux faucons du parti de Laurent Gbagbo que c’est lui le chef, le locataire du Palais du Plateau a fixé, ce mercredi 12 septembre 2018, la date de la campagne des municipales et régionales prévues le 13 octobre prochain. «La campagne électorale est fixée à 14 jours à partir du vendredi 28 septembre à 00h00mn au jeudi 11 Octobre à 24h», a déclaré le porte-parole du gouvernement ivoirien, le ministre de la Communication et des médias, Sidi Tiemoko Touré. «Le chien aboie, la caravane passe», une formule si chère au président Félix Houphouet Boigny, semble être la réponse d’Alassane Ouattara aux menaces des «pro-Gbagbo ou rien».

«Le FPI exige le report sans conditions des élections locales du 13 octobre 2018, et l’ouverture sans délai des discussions inclusives en vue de la réforme et de la mise en place d’une CEI (Commission électorale indépendante, NDLR) consensuelle», a menacé Abou Drahamane Sangaré. Il «rejette toute idée d’organisation d’élection en violation de la décision de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples» et met «en garde le régime Ouattara contre cette énième tentative de porter un coup d’arrêt brutal au légitime espoir des Ivoiriens de voir leur pays renouer enfin avec la normalité démocratique». Au fait, les irréductibles du FPI avaient lancé un boycott «actif» de la Révision de la liste électorale (RLE) tant que leur mentor, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo serait détenu, dans les geôles de la Cour pénale internationale (CPI).

Visiblement, ces menaces sont tombées dans des oreilles de sourd car la CEI a publié, ce mardi 11 septembre 2018,  la liste des candidats en compétition pour les élections locales. 684 dossiers de candidatures ont été retenus par la CEI dans le cadre de ces élections, dont 389 indépendants, 104 du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), 176 du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et 12 pour le FPI-tendance Pascal Affi N’Guessan.

Par Mahamadou Doumbia (Correspondant de Wakat Séra en Côte d’Ivoire)

 

Laisser un commentaire