Accueil Société Fusillade à Rayongo: retour à la villa canardée, un jour après

Fusillade à Rayongo: retour à la villa canardée, un jour après

4019
0
SHARE
Le visage de la villa jumelée qui a subi l'assaut des gendarmes qui ont délogé des terroristes à Rayongo

Au lendemain de l’assaut de l’unité d’élite de la gendarmerie burkinabè à Rayongo (Est de Ouagadougou), raid ayant permis de mettre hors d’état de nuire quatre assaillants dont «trois tués et un capturé», les impacts de balles sur l’une des villas jumelées qui abritait les «djihadistes», membres du groupe terroriste Al Mourabitoun, attirait toujours les curieux dont la présence était massive devant le bâtiment.

Débris de toutes sortes jonchant le sol, portails et murs troués, vitres de fenêtre brisées, toits et plafonds fissurés, battants et clôture littéralement fracassés, etc. Sans être apocalyptique, le spectacle n’en n’était pas loin ce mercredi 23 mai, autour de la villa qui a été, la veille, le théâtre de violents combats entre des terroristes et les Forces de défense et de sécurité burkinabè. Le raid, digne d’un film hollywoodien dans la capitale burkinabè a été mené par les éléments de l’Unité spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN) contre des assaillants dont trois se sont battus jusqu’au péril de leur vie avec des armes de gros calibres. Le bilan de cette opération établi par le ministre de la Sécurité, Clément Sawadogo, fait état d’un gendarme, le Maréchal de logis chef (MDL), François de Salle Ouédraogo, âgé de 28 ans, ayant succombé à ses blessures. Quand nous sommes arrivés sur les lieux du drame, ce mercredi, nous sommes tombés sur une opération de vidange de toilettes.

Une fenêtre brisée sous le poids des balles

Sous la surveillance de deux gendarmes et les regards tristes et interrogateurs de certains spectateurs du jour qui ont tenu à être sur les lieux pour constater de visu le spectacle désolant qui s’est déroulé entre 1H30 et 8H du matin du mardi 22 mai, quelques personnes, notamment des vidangeurs munis de leur citerne vidaient les toilettes de l’une des pièces de la villa utilisée par les bandits, s’affairaient à leur tâche. Ce travail leur a été demandé par la gendarmerie pour les besoins de l’enquête, nous a affirmé l’un de nos interlocuteurs, présenté comme le gérant de la maison, qui a requis l’anonymat.

A côté de la maison où a eu lieu le carnage, les voisins immédiats des assaillants, dont deux ont été touchées et blessées par des balles lors des échanges de tirs nourris, c’était le ramassage des effets. Hermann Soma, occupé à sortir le reste des meubles et autres affaires personnelles, nous a signifié, le visage attristé, qu’il effectuait un déménagement forcé imminent, au regard de la situation.

Hermann Soma, frère d’un civil blessé dans l’attaque à Rayongo

Aidé par ses proches et amis, l’étudiant en Apport logistique, s’empressait de charger son matériel dont un réfrigérateur, un foyer de gaz, un poste téléviseur et quelques ustensiles de cuisine, dans un tricycle.

Au début, «on a pensé à un cambriolage», a dit M. Soman, ajoutant que lui et ses frères, voisins des assaillants, au moment de l’opération, «ne savaient pas où se mettre» sous les sifflements infernaux des balles. Il a rassuré qu’en ce qui concerne ses deux frères blessés dans cet assaut qui avait terré chez elles les populations de Rayongo, habitant notamment aux alentours du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS), situé à environ 100 mètres du théâtre de l’opération, il y a eu plus de peur que de mal. Celui qui était grièvement touché a subi avec succès son opération chirurgicale, nous a-t-il confié. «Sa santé s’est améliorée. Il a été opéré le matin, il est toujours aux urgences actuellement mais les jours à venir ça ira beaucoup mieux», note le jeune étudiant, avant de révéler qu’«il y a deux (autres) de (ses) frères qui sont toujours gardés à la gendarmerie (après avoir) été interpellés aussi». Sans doute pour les besoins de l’enquête.

Les gendarmes ont-ils fini de faire les constatations d’usage dans le cadre de l’enquête de cette affaire? En tout cas, à la question de savoir si la famille Soman envisageait engager des procédures judiciaires contre X après leur mésaventure, Hermann a rétorqué que «pour le moment, on n’a pas pensé à un quelconque dédommagement. On va se renseigner auprès des aînés et voir la procédure qui sera adaptée» à suivre.

Pendant que les occupants du moment de la villa qui a offert un spectacle des plus désolants aux populations de Rayongo, étaient occupés à remettre en état les lieux de l’attaque, on entendait à chaque cinq à dix minutes d’intervalle, la voix de l’un des deux gendarmes qui assuraient la sécurité des lieux du drame. « Circulez si vous n’avez rien à faire ici », ordonnent les forces de l’ordre à la foule qui sans cesse se forme et se disperse au fur et à mesure, depuis la fin de l’attaque. Des curieux venaient de partout de la capitale burkinabè pour une raison ou pour une autre pour ne pas se faire conter l’événement bien que tragique, a-t-on constaté.

Hermann Soman a aussi rassuré que le « choc » que sa famille a subi à cause de cette fusillade est en train de se dissiper « maintenant (car) chacun a retrouvé ses esprits et c’est même détendu à l’hôpital » où lui et ses frères, même les malades « arrivent à causer ».

Selon les propriétaires de la villa qui ne présente plus que des séquelles de balles des armes, le coût des dégâts matériels n’a pas encore été évalué. « Mais vous-même vous constatez que tout est à refaire », nous a lancé l’un d’eux, l’air plus préoccupé, qui se démenait pour remettre certaines chose en l’état.

Une porte criblée de balles

A propos des assaillants abattus et capturé, Hermann Soman, nous a affirmé qu’ils menaient une vie retranchée. « Ce n’est qu’une fois seulement que j’ai croisé l’un d’eux » qui avait un accent normal, c’est-à-dire « burkinabè », a dit le jeune étudiant, notant qu’il (bandit) s’est exprimé en français.

Nos tentatives dans ce reportage de faire réagir les habitations voisines sont restées vaines. La plupart des habitants que nous avons approchés, par « crainte », disent vouloir avoir le droit de réserve parce qu’ « on ne sait plus dans cette ville qui est qui », a laissé entendre un anonyme qui laissait entrevoir de la méfiance dans son comportement et son regard.

Depuis la première attaque terroriste d’envergure sur l’avenue Kwamé N’Krumah (Splendid hôtel et Cappuccino) qui a fait une trentaine de morts et près de 100 blessés jusqu’à nos jours, les attaques terroristes ont fait dans l’ensemble plus de 140 morts, selon des chiffres officiels.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire