Accueil Société Naaba Têg-Ré, le chef isafien de Tampouy -Yarcé

Naaba Têg-Ré, le chef isafien de Tampouy -Yarcé

Naaba Têg'Ré, le chef isafien de Tampouy-Yarcé

Intronisé le samedi 29 mai 2021, Naaba Têg-Ré, le chef de Tampouy-Yarcé, à Zitenga, a reçu les admirations de ses amis Investisseurs sans frontières (ISAF), le 25 juin dernier, au cours d’une sympathique soirée rythmée par les claquettes de bâtons et au son des flûtes et tambours d’une troupe traditionnelle yarcé. Les petits plats ont été mis dans les grands, non seulement pour honorer le premier isafien devenu chef de son village, mais surtout pour rappeler à la nouvelle génération que force doit rester à la tradition, pilier essentiel du développement et de l’émergence des nations dites grandes aujourd’hui. Et ce n’est pas l’honorable Madi Compaoré, l’isafien de l’Assemblée nationale, qui dira le contraire, lui qui, au nom des autres membres de l’association, a salué Naaba Têg-Ré, dans la pure gestuelle de la tradition de la grande famille Mossi.

A la table du chef de Tampouy-Yarcé

Une fois de plus, les isafiens ont sonné la mobilisation autour d’un des leurs, qui lui, de par la signification de son nom de règne, compte apporter l’abondance à ses sujets. L’abondance, n’est autre que cette vertu dont Naaba Têg-Ré, à l’état civil Salfo Soré, a fait son étoile du berger, ajoutant «la terre à la terre», grâce au prestigieux événementiel des «Kundé», pour l’érection de l’édifice culture du Burkina et de l’Afrique. L’abondance, le nouveau chef de Tampouy-Yarcé la pratiquait depuis les cours de récréation des lycées et collèges qu’il a fréquentés et les bancs de l’Université de Ouagadougou, où il faisait briller ce don de rassembler, par diverses activités, ses amis et tous les jeunes. L’abondance, Naaba Têg-Ré, l’a en abondance et la partage en abondance.

Le président de ISAF, Arouna Nikiema, bonnet blanc, a dit la fierté des Isafiens pour Naaba Têg-Ré

«Nous disons à notre ami isafien, toute notre fierté de le voir coiffé du bonnet de chef. Nous lui souhaitons un long règne dans l’abondance et la sagesse. Nous encourageons, enfin, la jeunesse africaine, et spécifiquement celle burkinabè, à puiser à satiété dans la tradition et la culture, car c’est le véritable tremplin pour assumer son passé, vivre son présent et se projeter dans l’avenir à armes égales. Même si nous avons la tête dans la modernité, gardons solidement nos pieds dans la tradition». Difficile de faire mieux en concision et en conviction que ce discours de Arouna Nikiema, le président de ISAF.  Parfait Ouattara de ISAF Côte d’Ivoire et Thomas Ouédraogo de ISAF Sénégal qui ont fait le déplacement de Ouagadougou pour apporter le soutien de leurs structures respectives à Naaba Têg-Ré, ont saisi l’opportunité de cette soirée pour donner des nouvelles de ISAF à l’international.

L’honorable Madi Ouédraogo et le patron de CGE, Saïdou Tiendrébéogo (costume cravate)

«Que Dieu et les mânes des ancêtres veillent sur le Burkina Faso». C’est l’essentiel des bénédictions prodiguées par Naaba Têg-Rè qui a souhaité que la chefferie traditionnelle ne soit plus que la seule affaire d’une certaine tranche d’âge mais que les jeunes acceptent de prendre également leurs responsabilités. A quand le prochain chef traditionnel made in ISAF? Le chef de Tampouy-Yarcé l’espère pour bientôt, invitant, pour l’instant, ses amis isafiens à s’abreuver, sans modération, à la source vivifiante de la tradition. «C’est à ce prix, et seulement à ce prix que l’Afrique pourra faire résonner sa voix dans le concert des nations», a conclu Naaba Têg-Ré, grand promoteur de la culture devant l’Eternel, à travers les «Kundé», la cérémonie annuelle de récompenses des meilleurs de la musique au Burkina et le reste de l’Afrique.

Par Wakat Séra

Ils étaient là

Laisser un commentaire