Accueil A la une Présidentielle 2020 au Burkina: Kadré Désiré Ouédraogo et la bonne gouvernance

Présidentielle 2020 au Burkina: Kadré Désiré Ouédraogo et la bonne gouvernance

1274
0
Kadré Désiré Ouédraogo, candidat à la présidentielle de 2020 au Burkina

L’ex-Premier ministre burkinabè, Kadré Désiré Ouédraogo, qui dit souhaiter que le pays des Hommes intègres renoue avec la bonne gouvernance, a une fois de plus réitéré sa candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina, et promet de mettre son pays sur les rails du travail, du progrès et du développement, à l’occasion de sa présentation de vœux à la presse, ce vendredi 17 janvier 2020, à Ouagadougou.

2020 est une année électorale au Burkina et chaque candidat déjà déclaré, multiplie ses sorties dans le but de séduire les potentiels électeurs, en partageant avec eux leurs ambitions pour le pays. Ce vendredi 17 janvier, l’ex-Premier ministre burkinabè, sous le président Blaise Compaoré, a dévoilé quelques pans de son programme de société à la presse à qui il a souhaité une année de paix et de cohésion sociale en ce nouvel An.

Présentation de voeux de KDO

Il a débuté son allocution en saluant les luttes et les sacrifices des hommes de médias qui ont permis de mettre le Burkina parmi les pays les mieux classés sur le continent et dans le monde en matière de liberté de presse. «Le but pour moi est d’encourager la presse surtout en cette année électorale où elle va jouer un rôle très important», a-t-il fait savoir, notant qu’elle «est un des piliers de la démocratie et de la liberté et c’est fort conscient de cette importance de la presse, pour toute société» qu’il s’est attelé à obtenir l’instauration d’une subvention à la presse privée, quand il a eu l’honneur de diriger le gouvernement en 1996.

Paix et sécurité pour le Burkina

M. Ouédraogo qui souhaite des élections «inclusives, transparentes et crédibles» où la volonté du peuple burkinabè n’est pas «prise en otage ou travesti par la fraude, les restrictions diverses et autres manipulations», vise, les cinq ans qui suivent les élections, à ramener «la paix, la sécurité, la cohésion sociale au Burkina, à travers une réconciliation véritable de ses fils et filles et à travers une lutte acharnée contre le terrorisme et un renforcement constant de (la) capacité (des Burkinabè) à défendre l’intégrité territoriale».

Public à la présentation de voeux de KDO

«Il faudrait assurer et réassurer l’autorité de l’Etat par laquelle autorité, la discipline et l’ordre doivent régner à tous les niveaux», a soutenu l’ex-Premier ministre pour qui les cinq années, après les élections, «doivent être le témoin d’un retour solidement amorcé (aux) valeurs ancestrales de probité, d’honneur et de dignité qui doivent être reconnues, encouragées et soutenues».

Selon lui, pour une bonne gouvernance, il est indispensable d’assurer «une gestion rigoureuse des finances publiques du pays» et «cela implique une lutte acharnée contre la corruption, l’enrichissement illicite, les trafics d’influences et tout ce qui freine l’administration dans son essor».

Abdoulaye Tao, journaliste

Le représentant des journalistes présents à cette rencontre, Abdoulaye Tao, a salué l’initiative de ce candidat à la présidentielle de 2020 et a souhaité que les autres partis puissent en faire autant, histoire de permettre aux hommes de médias d’être en contact avec eux.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire