Accueil Economie Burkina: la route Guiba-Garango en chantier après 30 ans d’attente

Burkina: la route Guiba-Garango en chantier après 30 ans d’attente

1071
0
Le premier ministre lançant les travaux

Le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré, représentant le président du Faso, a lancé, le 28 novembre 2019, les travaux de la route Guiba-Garango. Longue de 72,25 km, cette route nationale no17 coûtera plus de 22 milliards de FCFA sur un financement de la Banque islamique de Développement (BID).

Selon le maire de Garango, le chef de Pakala et le représentant des bénéficiaires, entre autres, à l’unanimité, cela fait plus de trente ans que les populations attendent le bitumage de cette route. Le ministre des Infrastructures, Eric Bougma se rappelle de la manière « pacifique » des populations de demander le bitumage de cette route : « Permettez-moi de me souvenir que le 9 novembre 2017 à Zabré, le président Roch Marc Christian Kaboré lançait les travaux de bitumage de la route Manga-Zabré. Ce jour-là, il y avait une délégation venue de Garango et de Guiba avec une banderole sur laquelle il était écrit : « Nous, usagers de la route Guiba-Garango, nous attendons patiemment et nous faisons confiance au gouvernement pour le bitumage de notre route ».

Le ministre des Infrastructures à Garango

C’est donc avec satisfaction de part et d’autre que le lancement de ces travaux a été accueilli, au regard de la forte mobilisation des populations venues de Guiba, Garango, Bindé, Béguédo, Komtoèga, et de la part du gouvernement qui voit en cette route, une occasion de «Contribuer à l’amélioration de la croissance économique du Burkina Faso par le désenclavement des zones potentielles de pôles de croissance», a fait savoir le Premier ministre, Christophe Dabiré, qui a lancé les travaux au nom du président du Faso.

Le ministre des Infrastructures

Prévus pour 24 mois, les travaux de la route nationale no 17 consisteront au bitumage en béton bitumineux, à la construction des ouvrages de franchissement, ainsi qu’un pont sur le Nakambé, entre autres. Des travaux connexes aussi seront réalisés. Dans ce sens, il est prévu un poste de péage moderne équipé, 50 km de pistes rurales, 11 000 plants, la réalisation de sept forages positifs à grand débit.

Il faut signaler que le ministre des Infrastructures, Éric Bougouma, répondant à une doléance des populations, a promis  que le projet de construction et de bitumage se poursuivra jusqu’à Tenkodogo, un tronçon de 20 kilomètres dans un état de dégradation avancée et qui se trouve $être le prolongement de la voie dont les travaux ont éété lancés Aussi, il rassuré quant à la réfection du barrage de Tangaré, autre préoccupation posée.

Par Boureima DEMBELE

Projets d’infrastructures à venir

  • Gounghin- Fada-Piega- frontière du Niger
  • Sakoinsé-Koudougou
  • Banfora-Sidérédougou-Gaoua
  • Dori-Gorom
  • Ouahigouya-Tougan
  • Ouahigouya-Djibo
  • pont de Guitti
  • Ouaga-Kongoussi
  • Avenue de l’Insurrection à Bobo-Dioulasso
  • Tougan-Lanfièra-N’Di

Source: ministère des Infrastructures

Laisser un commentaire