Accueil Politique Burkina: le «Great call» appelle à repenser la façon de faire la...

Burkina: le «Great call» appelle à repenser la façon de faire la politique

788
0
Silvère Salga, initiateur du Great call

Le jeune chercheur et écrivain burkinabè, Silvère Salga, à travers son comité dénommé le «Great call», a, face aux hommes de médias, ce mercredi 19 février 2020 à Ouagadougou, lancé un appel à réinventer la façon de faire la politique pour satisfaire les préoccupations des populations africaines. Le Great call est la «cloche, la torche et la force de la régénération totale du Burkina Faso en particulier et de l’Afrique en général», a signifié M. Salga.

La politique en soi est une noble action se définissant comme le degré suprême de la charité «sacrifice des intérêts particuliers au profit de l’intérêt général». Mais, la politique telle que faite actuellement, c’est-à-dire «la politique des promesses, de la politique manipulation, de poste, d’égoïsme et d’égocentrisme, la politique mesquine des bassesses et mentalités rétrogrades, asservissantes et anti-développement et la politique de la trahison populaire a fini par créer un dégout général des populations», a soutenu M. Salga.

C’est las de constater cet état de fait que Silvère Salga et ses camarades ont trouvé comme parade, le Great call qui prône comme crédo, l’innovation dans la politique, l’impact de façon concrète de la politique et le pragmatisme dans la gestion de la chose politique. M. Salga invite par conséquent les populations burkinabè et africaines, «à un nouveau contrat social en vue de la fondation d’une nation harmonieuse et prospère».

Parmi les victimes de la politique, a-t-il signifié, on trouve de grands intellectuels et de grands talents qui, «à force de ne pas vouloir se salir, laissent libre les dirigeants véreux qui les malmènent, les roulent et les crucifient sans qu’ils ne bronchent». «L’ère de la résignation intellectuelle est terminée. L’ère d’une jeunesse asservissante est terminée. Nous avons l’obligation morale de réinventer la chose politique au bonheur des populations», a lancé le jeune inventeur connu pour ses travaux de recherches qui lui ont valu la reconnaissance du chevalier de l’ordre du Mérite à titre exceptionnel en tant que plus jeune distingué par la nation.

Le Grand appel à la réinvention politique a, selon son initiateur, pour objectif d’amener «toutes les forces vives actuelles à repenser la noblesse de la politique et de la gouvernance, à déclencher un nouvel envol de la politique, à remodeler la vision parfaite à laquelle les peuples aspirent à rebâtir la chose étatique sous de nouveaux repères et de nouvelles dimensions».

A la question de savoir si le Great call pourrait, les mois à venir, vu que le Burkina Faso organisera des élections (présidentielle, législative et municipale) en fin 2020 et 2021, soutenir un candidat, Silvère Salga a laissé entendre que son appel ne vise autre chose qu’à éduquer les citoyens sur les conséquences négatives de la mauvaise politique et les bienfaits de la politique dans son bon sens. A ce sujet, il a conseillé aux populations, les votants, de s’interroger sur ce que chaque candidat a eu à faire pour le Burkina de façon concrète, notamment sur le domaine de l’entrepreneuriat.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire