Accueil Politique Burkina: le MRP fera de la «politique de développement»

Burkina: le MRP fera de la «politique de développement»

1179
0
César Auguste Yaméogo dit MC Claver, président du Mouvement pour le Rassemblement Patriotique (MRP)

Les responsables du Mouvement pour le Rassemblement Patriotique (MRP), ont présenté ce samedi 13 juillet 2019, à la presse burkinabè, le parti créé le 19 janvier et qui a obtenu son récépissé le 16 avril dernier. Le MRP est né pour faire une «politique de développement, pour assainir le milieu politique» qui perd de ses valeurs d’intégrité, selon son président César Auguste Yaméogo, plus connu sous son pseudonyme MC Claver.

L’idée de création du MRP est née de constats majeurs de la déliquescence des valeurs patriotiques, de l’agonie de la morale et de l’intérêt général, de la mort programmée de valeurs fondatrices et l’acclamation des injustices, de la corruption et la remise en cause du vivre ensemble. Cette idée a été renforcée par le fait que la politique est selon la Constitution du Burkina, le moyen le plus approprié pour influer sur les décisions relatives à la vie du peuple burkinabè.

Le MRP est un parti social-démocrate, a signifié son porte-parole, Ahmed Zida qui a précisé que leur parti opte pour la lutte contre la corruption, l’analphabétisme, la pauvreté, l’insécurité et la maladie. «Notre idéologie est patriotique, tirée des doctrines saintes de la parole de Dieu. C’est-à-dire que notre idéologie est basée sur le fait de pouvoir aider les pauvres, les orphelins, les veuves, de pouvoir donner à manger, soigner, sécuriser ou protéger, enseigner», a enchainé le président du parti, MC Claver, le fondateur de la radio Jam Ouaga.

Sur les ambitions du MRP, le président Yaméogo, fils du premier président burkinabè, Maurice Yaméogo, a laissé entendre que pour le moment sa formation politique va chercher à se faire connaitre, travailler à asseoir ses bases dans toutes les régions du Burkina Faso. Le MRP compte à cet effet engranger beaucoup de sièges lors des législatives de 2020.

«Quand le temps sera aux élections, nous nous ferons savoir si nous allons présenter un candidat ou si nous soutiendrons un candidat», a ajouté MC Claver Yaméogo qui est aussi un pasteur. Face justement à des craintes et interrogations de certains sur cette position de l’homme de Dieu qui se lance en politique, un milieu taxé à tort ou à raison d’immoral au Burkina, l’intéressé a rassuré qu’«il n’y a aucun problème». Il a renchéri: «J’ai lu la Constitution qui dit que tout Burkinabè peut faire de la politique qui n’est qu’un désir de vouloir gérer la cité».

Le MRP est né, selon ses fondateurs, particulièrement pour «pouvoir aider la jeunesse qui a soif d’un renouveau, et il faut être à des postes de décisions» pour arriver à mettre en œuvre cette vision, a dit son président. «Nous ne venons pas, mes camarades et moi pour faire de la politique politicienne. Nous venons pour faire de la politique de développement, pour assainir même ce milieu», a-t-il insisté. Il ajoute: «Je sais que nous ne pouvons pas changer ceux qui ont un certain âge mais pour nos enfants, nos petits frères, nous pouvons leur enseigner des valeurs qui leur permettront demain de devenir de bons leaders, de bon politiciens».

Les responsables du MRP dont Ahmed Zida, micro en main

C’est pourquoi, en homme de Dieu, le Bishop MC Claver a demandé à tous les Burkinabè sans exclusive, de prier beaucoup pour le succès du MRP.

Le nouveau parti s’est aussi prononcé sur des questions d’actualité nationale dont la fronde sociale et la réconciliation nationale. Sur ces sujets, les responsables du parti qui compte un bureau de 59 membres, ont dénoncé les grèves à répétition des agents de la Fonction publique. Le parti social-démocrate estime que les revendications des agents sont «légitimes», mais admet que la grève et les pressions sur les gouvernants sont des moyens de coercition pour contraindre à la négociation ou à l’acceptation des plateformes de revendications.

Pour le parti, les grévistes doivent repenser les méthodes de lutte parce que celles actuelles de revendication sont dures et handicapantes pour le pays et concourent à une fragilisation de son économie. MC Claver et ses camarades ont aussi invité le gouvernement à tout faire pour garantir la justice et l’équité entre tous les travailleurs.

Sur la réconciliation, le MRP a appelé tous les acteurs politiques et tous les citoyens à s’y impliquer car, «la réconciliation est aujourd’hui un impératif pour l’intérêt supérieur du Burkina Faso».

Le MRP qui a pour couleurs le blanc, le rouge et le vert, a pour devise: «Fraternité-Patriotisme-Progrès».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire