Accueil Société Burkina: le SYNATEL expose ses préoccupations au ministre de la Fonction publique

Burkina: le SYNATEL expose ses préoccupations au ministre de la Fonction publique

Photo de famille avec le ministre Bassolma Bazié marquant la fin de la rencontre

Le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Bassolma Bazié a reçu à son cabinet, une délégation du personnel de l’Office national des Télécommunications (ONATEL) le jeudi 08 septembre 2022, selon un texte de la direction de communication du département ministériel. Les membres du Syndicat national des Télécommunications (SYNATEL) ont demandé la libération de la part de 6% réservée au personnel dans le capital de ONATEL.

«Nous sommes venus nous entretenir avec le ministre Bazié pour qu’il nous aide à nous faire comprendre, afin qu’on puisse acquérir la libération de la part de 6% réservé au personnel dans le capital de la société », a déclaré le secrétaire général du Syndicat national des Télécommunications (SYNATEL), Souleymane Sô, un ancien camarade très proche du ministre Bassolma Bazié, ex-secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), la plus grande structure syndicale du pays.

Pour le représentant des travailleurs de l’ONATEL, en 2006 la privatisation de la société est intervenue avec une cession de 51% des parts à la société Maroc Télécom. « Le pouvoir en place a renforcé les prérogatives de ce partenaire en lui cédant encore 10% des parts, ce qui fait qu’il est propriétaire de l’ONATEL à 61% », a dénoncé M. So.

«Mais la part de 6% réservée au personnel dans le capital de la société n’est pas encore une réalité de 2006 jusqu’à nos jours. C’est pourquoi nous insistons là-dessus. Et nous voulons également une place au conseil d’administration, c’est important pour le personnel », a-t-il précisé sous forme de doléance à son ancien camarade.

Au sortir de l’audience, la délégation s’est dite « satisfaite des échanges » et « espère » qu’avec l’intercession du ministre Bassolma Bazié auprès de leur ministre de tutelle, notamment la ministre de la Transition Digitale, des Postes et des Communications Électroniques, les discussions aboutiront à des solutions consensuelles, note la direction de communication et des Relations publiques (DCRP) du Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale (MFPTPS).

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire